À LA PHILHARMONIE LUXEMBOURG


Après une saison 2020-2021 marquée par les secousses de la crise sanitaire, la Philharmonie Luxembourg entend attaquer le nouvel exercice avec beaucoup d’espoir et de joie. Elle lancera d’ailleurs sa programmation 2021-2022 sous la houlette de l’Orchestre philharmonique de Vienne, après presque douze mois sans avoir accueilli d’orchestre invité.

« Nous faisons tous partie de la musique ! » Tel sera le slogan d’une saison 2021-2022 qui entend bien faire table rase du passé, lequel fut on ne peut plus agité sous le joug du pernicieux coronavirus.

Diana Damrau Philharmonie Luxembourg

Diana Damrau ©Jiyang Chen

Le nouvel épisode se déroulera bien évidemment en compagnie de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg (OPL) et ses 98 musiciens (issus d’une vingtaine de pays), sous la direction, pour une 7e année consécutive, de Gustavo Gimeno, qui dirigera 18 concerts, dont 10 au Luxembourg. Le directeur musical aura parfois droit à de la belle compagnie, comme par exemple la soprano Diana Damrau (qui lancera la saison le 16 septembre) ou la violoniste Isabelle Faust, qui sera une des deux artistes en résidence dans la cité grand-ducale, avec la mezzo-soprano américaine Joyce DiDonato. L’OPL jouera par ailleurs sous la direction de 21 chefs d’orchestre externes. Il s’agira pour certains d’entre eux d’une première collaboration, notamment pour Lionel Bringuier, Nuno Coelho, Emilia Hoving, Carlo Jans ou bien encore Dima Slobodeniouk.

Nuno Coelho Philharmonie Luxembourg

Nuno Coelho © Elmer de Haas

Quant au répertoire abordé par la phalange, il promet de brasser large, avec à la fois des œuvres incontournables comme Les noces de Figaro de Mozart ou le Carmen de Bizet, mais aussi des créations ainsi que des productions destinées au jeune public, l’OPL ayant aussi vocation (depuis 2003) à « encourager l’enthousiasme musical des générations futures ». Plus de 20 projet sur-mesure tiendront ainsi compte des besoins du jeune public. 

Sur scène, la Philharmonie se transformera une nouvelle fois en carrefour des cultures, avec des artistes issus de traditions musicales très variées. À l’image d’une programmation qui affirme sa pluralité, les genres se mêleront. On pourra ainsi entendre, pour la première fois, les icônes du jazz Anthony Braxton et Charles Lloyd, tandis que chanteuse syrienne et joueuse de oud Waed Bouhassoun transportera le public à travers la poésie arabe. Il arrivera aussi que le 7e art et le 4e art ne fassent qu’un, à l’occasion de la série ciné-concerts, qui fera écho à des films comme O Táxi n° 9297, un policier datant du début du 20siècle, et le récent Joker, qui avait emballé la critique lors de sa sortie en 2019 et décroché plusieurs Oscars. 

Lionel Bringuier

Lionel Bringuier © Simon Pauly

La musique britannique occupera une place de choix sur le menu de la Philharmonie Luxembourg, qui souhaite souligner « l’influence considérable de la Grande-Bretagne sur le répertoire européen ». Dans cette optique, plusieurs ensembles et orchestres d’outre Manche seront invités à se produire sur les bords de l’Alzette, comme le London Symphony Orchestra ou le Choir of St John’s College Cambridge. Des artistes comme Damon Albarn (chanteur, entre autres, des groupes Blur et Gorillaz ) ou Neil Hannon (leader du groupe The Divine Comedy) sont également attendus.

 

Isabelle Faust Philarmonie Luxembourg

Isabelle Faust © Felix Broede

Les festivals auront aussi leur mot à dire au cours de la prochaine saison, à commencer par les deux piliers que sont les festivals atlântico et rainy days. Fondé en 2016, le premier s’intéresse à la culture musicale des pays lusophones, à travers des spectacles variés. Cette fois, le public aura rendez-vous avec Gilberto Gil, l’emblématique Brésilien, mais aussi la Lisboète Luisa Sobral et les rythmes évocateurs de Sara Tavares. Pour ce qui est du projet rainy days, axé sur les musiques nouvelles, il fêtera cette année son 20e anniversaire sous le thème de la rencontre (un mot malmené durant la crise sanitaire), à travers de multiples facettes. 

Anthony Braxton

Anthony Braxton © DR

Un autre festival, intitulé Fräiraim, fera la part belle à la richesse de la scène musicale de la Grande Région. Ouvert aux artistes professionnels comme amateurs issus de cet espace, ce festival tricoté par la Philharmonie aura lieu dans différentes salles, mais aussi sur la place de l’Europe. Aucun style ne sera oublié au cours de cet événement qualifié de « véritable feu d’artifice transcendant les frontières musicales et géographiques », du jazz au flamenco en passant par le hip-hop et la musique classique. Bref, il y en aura pour tous les goûts.

 

Pour tous les détails sur la programmation de la saison 2021-2022,

mais aussi pour réserver des billets : www.philharmonie.lu