Romain Slocombe a dû être traumatisé dans son enfance par Les petites filles modèles. Il est vrai que les héroïnes de la comtesse de Ségur sont si agaçantes de perfection qu’on les maltraiterait volontiers. De là à en faire de nouvelles Justine… L’écrivain a transformé cette histoire pour enfants sages en conte pervers aux accents gothiques. Les scènes érotiques nourrissent le fantasme de l’homme bien plus que l’intrigue qui prend cependant un tour intéressant lorsque l’auteur suggère que madame de Fleurville serait en réalité une nouvelle Comtesse de Bathory. Les cris horribles qui hantent le château et certaines disparitions mystérieuses prennent alors tout leur sens.