(© 123RF)
En 2020, la Moselle disposera d’une infrastructure Très Haut Débit en fibre optique. Moselle Fibre, syndicat mixte initié par le Conseil Départemental, pilote la construction, l’exploitation et la commercialisation de ce réseau dont le chantier va prochainement démarrer.

« À compter de ce jour et grâce à ce projet, la Moselle entre dans l’ère du Très Haut Débit (THD). C’est une étape historique », soulignait Patrick Weiten, Président de Moselle Fibre, Député et Président du Conseil Départemental de la Moselle, fin juin, à l’occasion de la présentation de Moselle Fibre. Il est vrai que le projet a de quoi enthousiasmer. Initiée par le Département, Moselle Fibre est un syndicat mixte qui fédère 19 Communautés de communes, soit près de 500 communes (certaines intercommunalités disposent déjà de leur réseau ou n’ont pas rejoint le syndicat) et 300 000 Mosellans.

À l’horizon 2020, 140000 foyers concernés dans les territoires ruraux mosellans bénéficieront du Très Haut Débit. Il a pour vocation de construire, d’exploiter et de commercialiser un réseau en fibre optique qui permettra aux Mosellans de disposer du THD (supérieur à 30 mégabits/seconde) au plus tard en 2020, et des services équivalents aux territoires couverts par l’initiative privée. 140 000 foyers vont en bénéficier. Au-delà de délivrer la même qualité d’internet aux Mosellans et aux entreprises du département, qu’ils vivent en ville ou à la campagne, l’ambition est également d’utiliser cet outil pour développer de nouveaux services dans des domaines comme l’éducation, la santé, le télétravail ou bien encore la sécurité, sans oublier la création d’activités et d’emploi.  

124 millions d’euros sont investis dans ce déploiement par différents partenaires. L’État, via le Plan France Très Haut Débit apporte 30 millions, 10 millions sont attendus de la Région et le Fonds Européen de Développement Régional, 7 millions. Le Département investit quant à lui 20 millions d’euros et les EPCI (établissement public de coopération intercommunale) environ 56 millions d’euros. La redevance d’affermage (d’une durée de 15 ans) issue de l’exploitation et de la commercialisation du réseau, permettra, dans un premier temps, de rembourser l’emprunt de 13 millions destiné à boucler le financement.

Au terme de la procédure de conception-réalisation, le groupement d’entreprises composé d’Axians de Sogea Est BTP et de Sogetrel du Groupe Vinci Energies a été retenu pour assurer la construction du réseau dont les travaux démarrent en janvier prochain. L’exploitation et la commercialisation du réseau auprès des opérateur d’internet, ont été confiés à Orange.Le chantier qui vise à déployer 6 000 kilomètres de fibres, s’étalera jusqu’en 2020. Bonne nouvelle au registre de l’emploi, le groupement prévoit de mobiliser en moyenne 50 emplois équivalents temps plein pour la réalisation des études et 150 ressources pour la réalisation des travaux sur la période de travaux.

En ce qui concerne l’exploitation et la commercialisation du réseau auprès des opérateurs d’internet, à l’issue d’une mise en concurrence, Moselle Fibre a choisi de les confier à Orange. « Je suis très heureux de la confiance que le Département de la Moselle et Moselle Fibre témoignent envers Orange pour exploiter et commercialiser le réseau public départemental Très Haut Débit dans un cadre économique réaliste et viable. Cette confiance vient s’ajouter à notre engagement de déployer la fibre optique sur nos fonds propres pour 186 000 lignes, soit près de 40% des foyers du département », a indiqué Stéphane Richard, le PDG d’Orange qui était d’ailleurs personnellement présent à Metz, lors de l’annonce. Si Orange exploite le réseau, il sera accessible à tous les fournisseurs d’accès internet. Le public conserve, bien entendu, la possibilité de choisir son opérateur.


3 QUESTIONS À PATRICK WEITEN, PRÉSIDENT DE MOSELLE FIBRE :« AU SERVICE DU BIEN-VIVRE»

p_weiten_c-g-ramon

(Photo : G. Ramon)

Même si la compétence économique va faire défaut au Département à partir du 1er janvier 2017, le dossier sur le réseau du Très Haut Débit en Moselle a démarré. Pourriez-nous apporter des précisions sur le moteur et l’intelligence de ce projet ?

Je pense que c’est le dossier de ces dix prochaines années dans notre pays, à l’instar du chemin de fer à la seconde moitié du 19ème siècle ou de l’électrification de nos territoires. Nous lançons les autoroutes de la communication car plutôt que de déplacer les hommes nous déplaçons l’information. Il faut que nous réalisions cela dans l’équilibre des territoires. Il est hors de question d’accepter que toutes les exigences soient dans l’urbain et que les satisfactions du rien soient dans le rural.

De la solidarité territoriale en somme…

Cette politique d’aménagement du territoire, c’est la solidarité des territoires. C’est mettre à disposition des infrastructures au service du bien-vivre sur chaque territoire de Moselle. Sans cela, nous connaîtrons une fracture numérique économique et sociale. C’est pour cela que le Département s’est engagé en faveur de la création d’un schéma départemental d’aménagement numérique à mon initiative, dès 2011. 19 intercommunalités m’ont suivi. 500 communes ont adhéré à Moselle Fibre que je préside. Ce sont 300 000 Mosellans et 140 000 familles qui seront raccordés dans les 4 ans. La Moselle sera le premier département de la grande région à lancer la fibre en zone rurale. J’étais récemment à Sarrebourg, à Pange, à Cattenom, pour donner le premier coup de pioche et prendre les premiers contacts. 120 millions d’euros vont être investis dans les entreprises locales.

Quelles applications vont pouvoir découler du Très Haut Débit en zone rurale ?

Nous allons développer le soutien à domicile des personnes âgées, l’économie de proximité, le télétravail, l’éducation… Nous souhaitons que toutes les écoles soient raccordées et bénéficient de tout l’éventail des services numériques adaptés. Par ailleurs, il sera possible pour toutes les communes rurales d’avoir accès à la télésurveillance et à la téléprotection comme nous les connaissons sur les communes urbaines.


economie numerique (©DR)UN BOOSTER DE L’ÉCONOMIE

La construction de l’infrastructure va favoriser la création d’emploi pendant 4 ans. Mais le Très Haut Débit (THD) est également un facteur important d’attractivité. Il faut savoir que la qualité des services de télécommunications constitue le 3ème critère d’implantation des entreprises sur le territoire. Nul doute, compte tenu de l’évolution de l’économie numérique, que ce facteur va encore grimper dans la hiérarchie dans les prochaines années. Si le THD attire les entreprises, il favorise également l’émergence d’entrepreneurs locaux et autres start-upers qui ont absolument besoin d’une infrastructure numérique de tout premier plan pour développer leur projet et en assurer ensuite le développement. À l’heure de la digitalisation des entreprises, et alors que l’on entre à vitesse grand V dans l’ère cognitive, il importe pour un territoire de veiller à anticiper, demain.


DES RÉUNIONS POUR TOUT SAVOIR

Moselle fibre (©DR) Le projet porté par Moselle Fibre s’adresse aux Mosellans. Des réunions sont régulièrement organisées dans les secteurs directement concernés, avec pour ambition de présenter le projet, de délivrer des informations sur la fibre, sur ses usages ou bien encore sur les chantiers à venir dans la commune. Ces rendez-vous connaissent un franc succès.

Le calendrier pour le mois de novembre est connu :
– 4 novembre à Créhange
– 24 novembre à Servigny-lès-Sainte-Barbe
Quelques jours avant le rendez-vous, les habitants sont
informés par un flyer du lieu de la réunion publique.