Katarina Barley © DR

Avec plus de 66 % de votants, les électeurs de Sarre ont été les plus mobilisés de toute l’Allemagne. Ironie du sort, la population de ce Land au cœur de l’Europe ne sera pourtant pas représentée au sein du prochain Parlement européen. La Rhénanie-Palatinat s’en sort mieux et envoie six députés à Strasbourg.

Malgré une participation en nette hausse aux élections européennes qui est passée de 48 % en 2014 à 66 % pour ce scrutin, rien n’y fait, la Sarre perd avec le socio-démocrate Jo Leinen son dernier eurodéputé. Le score de son parti, le SPD, sur le plan national n’assure qu’aux 16 premiers candidats de la liste une place dans hémicycle. Leinen, placé 20ème, perd donc son mandat après plus de 20 ans comme député européen et ce alors même qu’en Sarre, le SPD obtient un score de 23 % largement supérieur au résultat national. Arrivé en tête en Sarre, le candidat conservateur Roland Theis passe malgré ses 32 % également à côté d’un mandat à Strasbourg. Le parti écologiste des Verts qui ne bénéficie pourtant pas d’un ancrage historique très solide en Sarre y fait cette fois-ci un très bon score et arrive en troisième position avec plus de 13 % des voix – et pourtant là encore pas de mandat pour la Sarre. Résultats semblables du côté de la Rhénanie-Palatinat où la CDU (31 %) devance également le SPD (21 %) et les Verts (16 %). Leurs candidats étant cependant mieux placés sur les listes nationales, le Land aura six représentants au sein du nouveau Parlement Européen : Christine Schneider et Ralf Seekatz pour le parti conservateur, Norbert Neuser et l’actuelle ministre fédérale de la justice Katarina Barley (qui était tête de liste) pour le SPD ainsi que les écologistes Jutta Paulus et Romeo Franz. Quant aux eurosceptiques de l’AfD, même s’ils sont en progression en Sarre et en Rhénanie-Palatinat, ils ne réussissent pas à passer la barre des 10 % et n’auront aucun représentant de ces deux régions à Strasbourg.