©  123RF

Sept après LuxLeaks, le Luxembourg est à nouveau sous les feux de la rampe pour ses pratiques fiscales et ses « lacunes » lié aux révélations d’OpenLux. 

« Le gouvernement luxembourgeois prend note de la publication d’une série d’articles dans la presse internationale portant sur de prétendues lacunes dans le dispositif anti-blanchiment du Grand-Duché, et réfute les diverses allégations. Les auteurs font également un certain nombre d’affirmations non fondées concernant l’économie luxembourgeoise et la place financière ». C’est la première phrase du communiqué de presse que le gouvernement luxembourgeois s’est empressé de publier suite aux révélations de l’affaire OpenLux, le 7 février dernier.

OpenLux, c’est une enquête menée par 17 médias internationaux, qui 7 ans après l’affaire LuxLeaks, jette le trouble sur le Luxembourg en ce qui concerne ses pratiques fiscales et ses « lacunes » en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Le quotidien Le Monde, qui a participé à l’enquête, se montre tout particulièrement incisif. Il écrit notamment « qu’OpenLux révèle que des fonds douteux, suspectés de provenir d’activités criminelles ou liés à des criminels visés par des enquêtes judiciaires, ont été dissimulés au Luxembourg. C’est le cas de sociétés liées à la Mafia italienne, la Ndrangheta, et à la pègre russe ». Le Gouvernement grand-ducal qui a immédiatement réagi pour éteindre l’incendie, rappelle encore que « que le pays respecte et a mis en œuvre toutes les règles et normes européennes et internationales applicables en matière de transparence fiscale, de lutte contre les abus fiscaux et de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme et va même au-delà de ces exigences ».

Force est de constater qu’au Grand-duché, l’affaire s’est accompagnée d’une levée de bouclier générale, tant des milieux politiques qu’économique et financier, pour dénoncer ce « bashing ». Il est vrai, aussi, que depuis l’affaire LuxLeaks, la place financière s’est considérablement transformée. Elle a notamment gagné en transparence.