Olivier Jansen est depuis vingt ans à la tête de l’Union, l’école de musique et de danse de Woippy, dont l’Harmonie et le Big band sont devenues des formations bien connues en Moselle. Vantant sans relâche les bienfaits des pratiques collectives, il multiplie les projets mêlant transmission, création et démocratisation de la musique.

Pour celui qui écume les concerts et festivals de musique en Lorraine, voir l’Union de Woippy à l’affiche est presque devenu une habitude. Au festival Nancy Jazz Pulsations, à l’Arsenal de Metz, au Marly Jazz ou au Jazzpote de Thionville, ses élèves ayant pu partager la scène avec des musiciens accomplis comme Didier Lockwood, Ibrahim Maalouf ou Frank Tortiller. « Ce sont forcément de belles rencontres, des moments inoubliables et de belles opportunités, commente Olivier Jansen, son directeur. Dès mon arrivée, j’ai voulu proposer d’organiser un concert ; à mon sens, la scène c’est l’aboutissement pour un musicien ». Cette année, l’excellente trompettiste de jazz Airelle Besson a composé deux œuvres inédites pour le Big band de l’Union de Woippy, pour une restitution à l’Arsenal en juin.

L’objectif de ces événements est avant tout pédagogique « C’est un moyen de tirer le meilleur d’un élève, c’est valorisant, cela lui apprend la modestie aussi : il n’est qu’un élément du spectacle » précise Olivier Jansen. Un élément au sein d’une entité, d’un groupe. A l’Union de Woippy, pas de cours individuels, tout se fait en collectif. Un principe cher au cœur de son directeur, qui a soufflé ses premières notes (à la trompette puis au trombone) au sein de l’Harmonie de Woippy. « A l’époque, les plus âgés apprenaient aux plus jeunes, se souvient-il. Cette tradition de transmission m’a inspiré et m’a mis sur la voie d’une pédagogie orientée vers la pratique collective ». Entré à l’Union comme directeur adjoint au milieu des années 90, Olivier Jansen en prend la tête en 2001. Son vœu premier : que les jeunes « traversent la voix ferrée », comprenez que les résidents des quartiers modestes franchissent les portes de l’école de musique. Depuis 2012, ses locaux sont installés à l’Atrium, bâti au cœur du quartier du Roi. Le souhait d’Olivier Jansen est devenu réalité.

Mais avant cela, il a fallu rayonner, sortir des murs. Depuis quinze ans, le dispositif Orchestre À l’École permet à plusieurs dizaines de woippyciens du CE2 au CM2 de suivre chaque semaine les cours dispensés par les professeurs de l’Union ; une initiative qui s’est plus récemment ouverte au collège. « A l’école, pratiquer la musique en collectif apprend le respect des uns et des autres, l’écoute et beaucoup d’échanges, y compris lorsqu’un élève est appelé à en soutenir un autre, indique Olivier Jansen. Dans ce cas-là, les statuts du cancre et du bon élève peuvent s’inverser ». En 2020, les jeunes de l’OAE ont rencontré des musiciens colombiens par l’entremise d’Alain Pacquier, qui dirige les Rencontres Musicales de Saint-Ulrich. Ce fut le point de départ du projet Jeunes Symphonistes Mosellans, qui devrait donner son premier concert sous la direction d’Olivier Jansen l’an prochain à l’Arsenal, aux côtés d’un orchestre de Bogota… si les conditions le permettent. « Ils interpréteront Lélio ou le Retour à la vie de Berlioz… tout un symbole » glisse ce dernier.

En cette rentrée, 300 élèves de 5 à 88 ans constituent les effectifs de l’école. De nouveaux cycles consacrés au chant choral s’ouvrent à l’Union (qui propose également des cours de danse et de théâtre) : une classe pour les 7/11 ans et le « Chor’ados » pour les plus grands, qui, on le lui souhaite, pourrait suivre le même chemin que le Big band. Mais avant cela, Olivier Jansen rappelle une nouvelle fois sa vocation première : « le chant offre une autre manière d’entrer dans la musique, sans formation particulière et en prenant du plaisir tout de suite. En France, 60 % des élèves arrête la musique après le premier cycle : pour briser cette tendance, il faut privilégier le plaisir ».

Orchestre Olivier Jansen Woippy

© DR

www.woippymusique.fr