©DR

Grand espoir de sa discipline, le trampoliniste Victor Rémy s’apprête à disputer, à 16 ans, sa dernière compétition junior aux Championnats du monde de Tokyo, en décembre. La suite d’une évolution sous le signe du plaisir et des sensations fortes aux côtés de son coach Sébastien Jarry au sein du club de Metz gym.

Cest à l’âge de six ans que Victor Rémy commence à s’adonner à la gymnastique. Il développe des qualités acrobatiques certaines, et lors des entraînements, lorgne de plus en plus du côté des trampolinistes : attiré par les sensations apportées par ce sport et par l’ambiance qui règne dans le groupe, il rejoint celui-ci à l’âge de dix ans. « En trampoline, tout le monde avait le sourire, Peu médiatisé, le trampoline est une discipline où l’aspect artistique est important.raconte Victor. L’ambiance est très saine, ce n’est pas un sport où l’on s’enrichit : c’est le plaisir qui motive avant tout. » Peu médiatisé, le trampoline est une discipline où l’aspect artistique est important, les trampolinistes étant jugés sur la difficulté, la hauteur et l’exécution de dix plongeons à la suite, où ils enchaînent les figures. Ils peuvent s’élever à dix mètres de hauteur et encaisser cinq à six fois le poids de leur corps à chaque contact avec la toile. « Je compare souvent cela aux sports extrêmes, il y a une mentalité, un esprit qui est assez proche, explique Sébastien Jarry, l’entraîneur de Victor depuis ses débuts. L’audace est pour moi essentielle en trampoline, et Victor a cette qualité. »

À 11 ans, Victor ouvre son palmarès national en devenant champion de France, avant d’enchaîner les titres nationaux. Suivront plusieurs finales internationales, des championnats du monde au Portugal en 2016 puis l’année suivante en Bulgarie, où il finit 29e. Le résultat d’un entraînement assidu auquel il se consacre quotidiennement au sein du club de Metz gym, Centre d’Entraînement Acrobatique régional. Maintenir sa condition physique et sa concentration en permanence implique de profiter un peu moins que les jeunes de son âge des vacances scolaires et des sorties. Mais – en plus de pratiquer assidument le piano en 3ème cycle au Conservatoire de Metz – la vie du groupe, notamment aux côtés d’Émile Hoerner, également grand espoir de la discipline et avec lequel Victor pratique le trampoline synchronisé, suffit à satisfaire ce dernier. « C’est sûr que cela implique des sacrifices, il faut être passionné, mais les amitiés et les bons moments, on les vit comme les autres, pendant et après les entraînements » explique-t-il. Stages et compétitions l’ont emmené aux quatre coins de monde, du Japon à la Russie en passant par les États-Unis, où il s’est rendu en avril dernier pour découvrir la pratique selon l’esprit made in USA. Une culture très différente du sport français, surtout en junior, où l’on ne retrouve pas « le rôle social » que doit jouer le sport, selon Sébastien Jarry. Ce qui n’empêche pas Victor de tisser des liens avec les autres trampolinistes et de découvrir d’autres pays, « des expériences que ne connaissent pas la plupart des jeunes de mon âge » rappelle-t-il.

Lorsqu’on les interroge sur leurs objectifs pour les Championnats du monde à venir avec l’Équipe de France junior, Victor et Sébastien restent tout d’abord prudents : « objectif top 20 » « Les Jeux Olympiques, c’est le rêve de tout sportif. Si on n’y pense pas c’est qu’on est pas vraiment fait pour cela »annoncent-ils, avant d’ajouter qu’un top 15 serait appréciable… voire un top 10 ! Après cette dernière compétition en catégorie junior pour Victor, sa carrière s’apprête à franchir une nouvelle étape. « En attendant 2028 » glisse le coach. « Les Jeux Olympiques, c’est le rêve de tout sportif, admet le jeune homme. Si on n’y pense pas c’est qu’on est pas vraiment fait pour cela ». Le secret de l’évolution de cet athlète prometteur ? Des qualités physiques et psychologiques, mais aussi le climat de confiance et la bonne entente avec son entraîneur, qui l’accompagne tout au long de son adolescence. « C’est le côté fun et l’ambiance dans le groupe qui m’ont attiré à mes débuts, et c’est toujours le cas aujourd’hui : on forme une famille, qui s’entraîne pour gagner mais aussi pour le plaisir » résume Victor.

Soutenez Victor en participant à sa cagnotte en ligne pour les Championnats du monde de Tokyo : https://www.paypal.com/pools/c/8hxHV7Enrc