(©DR)

Élever des poissons de mer dans une ferme de pisciculture en Sarre : c’était le pari fou lancé en 2007 par la ville de Völklingen et une première en Allemagne. Cependant, l’aventure avait tourné au fiasco économique. En août 2015, l’établissement largement déficitaire avait dû être vendu par les services municipaux à l’entreprise suisse Zeller. Neuf mois après ce rachat, l’élevage semble contre toute attente sur la voie du redressement. D’ici 2017, l’entreprise devrait remise à flots grâce à la vente de son produit phare, le thazard, qui est surtout utilisé dans la confection de sushis. Pour cela, Zeller a intensifié le commerce avec la Suisse et a également ouvert la vente en ligne. C’est en effet le manque de stratégie commerciale qui avait bien failli provoquer la fermeture définitive de l’élevage. De même, la nouvelle direction a réussi à réduire de près de 30% les dépenses énergétiques tout en maintenant l’eau à une température idéale entre 20 et 25 degrés, une vrai bouchée d’oxygène pour l’entreprise en difficulté. Si l’élevage sarrois arrive effectivement à relever la barre d’ici l’année prochaine, l’avenir semble prometteur. En effet, la demande pour les poissons de mer est en augmentation. Les réglementations de plus en plus strictes de la pêche en mer et les frais élevés pour l’importation des poissons venus d’Amérique du Nord ou d’Australie pourraient permettre aux élevages continentaux de tirer leur épingle du jeu. La ferme d’élevage de Völklingen commercialise également des daurades et des bars.