(©DR)

Après la présentation de la loi sur l’introduction de péages routiers en Allemagne par le ministre fédéral des transports, Alexander Dobrindt, la Sarre durcit le ton. Le gouvernement allemand avait déjà dû revoir sa copie après que la Commission Européenne eût eu qualifié la première version de cette loi de discriminante envers les automobilistes issus des autres pays de l’UE. Si la loi qui va être maintenant présentée aux deux chambres du Parlement fédéral allemand a été modifiées, elle ne comporte toujours pas d’exceptions pour les zones frontalières malgré les demandes répétées en ce sens de la part des régions concernées, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat en tête.

La chambre d’industrie et de commerce sarroise avait déjà tiré la sirène d’alarme, rappelant que les commerçants de Sarrebruck font environ un tiers de leur chiffre d’affaires grâce aux clients français et que la mise en place d’une vignette pourrait décourager ces derniers. La Ministre-Présidente de la Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer (en photo), qui est pourtant membre du parti conservateur tout comme le ministre des transports porteur de la loi, a décidé d’aller plus loin sur le plan politique et menace de bloquer la loi en votant contre au Conseil fédéral (Bundesrat), chambre des Länder.

Seule une exonération de la vignette dans les zones frontalières comme c’est par exemple le cas en France rendrait cette loi acceptable à ses yeux. À deux mois à peine des élections régionales en Sarre, la vignette qui risque de fortement pénaliser ce Land déjà en proie à des difficultés économiques, est devenue un enjeu essentiel du scrutin.