Christian Jacq se lance avec Sphinx aux éditions XO, dans le techno-thriller avec autant de talent que dans ses récits historiques et autres romans à énigme. Meurtres, machinations, sociétés occultes, enjeux de pouvoir, dérives technologiques, l’auteur prolifique mêle savamment
tous les ingrédients d’une enquête passionnante et inventive.

Bruce Reuchlin est journaliste d’investigation pour un groupe de presse appartenant à son richissime ami Mark Vaudois. L’Écossais ne s’embarrasse pas de bienséance ni de bien-pensance. Il oublie même parfois la simple politesse. Un vrai poil à gratter ! Derrière cet aspect brut de décoffrage, Bruce est un homme plein de ressources et de bon sens, et percute très vite. Il n’aime que la vérité. Il l’aime à l’excès et n’hésite pas à se fourrer dans de sales draps pour l’obtenir. C’est bien pour cela qu’on l’a mis sur la piste du Sphinx, une confrérie de neuf membres, créée en Égypte antique. Répartis sur la surface du globe, les Neuf sont les héritiers de la science de l’alchimie qui a traversé les âges et les « ultimes contestataires de la pensée technologique dominante ».

Le Sphinx est le dernier rempart entre l’homme et la domination de la machine et les enjeux d’argent et de pouvoir qui en découlent. Pas étonnant que les membres se font assassiner les uns après les autres. Loin des pyramides pensez-vous ? Pas tant que ça. L’Égypte plane tel un fantôme, un ange gardien, un modèle. Christian Jacq définit son Sphinx comme « le roman des derniers résistants » contre la pensée formatée, les dérives des progrès technologiques et la course au pouvoir. Qui dirige le monde ? La question lancinante hante Bruce Reuchlin.
Qu’il nous parle du passé ou du présent, Christian Jacq nous emporte avec son talent de conteur d’histoire demeuré intact au fil des romans et des années. Il signe là un thriller passionnant et très rythmé. « […] le thriller est un genre primordial et universel ! Encore faut-il une histoire forte, et un souffle qui emporte l’auteur comme le lecteur. » Mission accomplie.