Nesrine Belmokh © Nerea Coll

À LA PHILHARMONIE LUXEMBOURG


La chanteuse et violoncelliste Nesrine Belmokh sera l’invitée de la Philharmonie Luxembourg le 11 mai. Habituée à se jouer des styles comme des langues, l’artiste franco-algérienne sera accompagnée sur scène de Vincente Mascarell Miñana (guitare électrique), Swaéli Mbappé (basse) et David Gadea (percussions).

Le rendez-vous a été donné dans la salle de musique de chambre de l’institution grand-ducale. Avec Nesrine Belmokh pour guide de la soirée, le voyage promet d’être haut en couleur, ou plutôt riche en variations. C’est une constante chez cette femme approchant la quarantaine, qui a grandi à Douai dans un univers de musique arabo-andalouse.

Pour cette fille de parents maghrébins, la musique était une évidence, à l’image de ce violoncelle qui lui a permis d’intégrer différents orchestres, dont celui de Valence en Espagne, sous la direction de Lorin Maazel. « À 10 ans, c’est l’instrument qui m’impressionnait le plus », a-t-elle confié un jour à un média. Assez par abandonner la mandoline, avec laquelle elle s’était familiarisée dès son plus jeune âge. 

Nesrine Belmokh ne se contente pas de jouer, elle chante aussi, couvrant de sa voix envoûtante des textes délicats irrigués de poésie. Elle chante dans sa langue natale, l’arabe, mais aussi en anglais et en français. Avec elle, les frontières s’envolent, il n’y a plus de cases. Sa carrière artistique témoigne de ce besoin d’explorer quand d’autres forgent leur destin dans le sillon d’un genre défini. Le trio qu’elle a formé en 2012 avec le violoncelliste français Matthieu Saglio et le percussionniste espagnol David Gadea, baptisé NES, véhicule cette musique sans barrières qui lui colle à la peau. En 2018, il accouchait d’un premier album intitulé Ahlam (rêve).

Deux ans plus tard, c’est en mode solo que celle qui a travaillé pour le prestigieux Cirque du Soleil (en 2015, elle a décroché le rôle principal dans le spectacle Amaluna) sortait un autre opus, intitulé sobrement Nesrine. C’est ce projet mêlant acoustique et électronique, aux confins des musiques arabo-andalouse et classique, mais aussi du jazz, que la chanteuse et musicienne virtuose présentera au Luxembourg. Embarquement à 19h.

Le mardi 11 mai à 19h dans la salle de musique de chambre

www.philharmonie.lu