NaguimaNaguima est le drame anonyme d’une petite vie. Celle de l’héroïne, abandonnée à sa naissance et placée dans un orphelinat. Personne pour l’aider ou l’aimer. Elle semble porter sur ses frêles épaules toute la misère du monde, et survit en assurant un petit job dans un coin perdu du Kazakhstan. La jeune femme, disgracieuse et illettrée, décidera d’adopter le bébé de sa seule amie, Anya, morte en le mettant au monde. La méchanceté semble sans limites dans ce 4ème long-métrage réalisé par la Kazakhe Zhanna Issabayeva, qui offre un traitement à la fois brut et pur de cette existence plombée. Naguima a obtenu le Lotus du meilleur film lors du dernier Festival du film asiatique de Deauville. Bénéficiant de peu de moyens, il présente la particularité d’avoir été tourné en grande majorité avec un appareil photo.