©DR

Avec le documentaire Move de Thierry Demaizière et Alban Teurlai, Netflix explore le monde de la danse contemporaine à travers cinq portraits de chorégraphes novateurs qui ont bousculé les codes de leurs pratiques respectives avec inventivité et détermination.

Au sein du catalogue foisonnant de Netflix, Move constitue une singularité par son sujet : la danse contemporaine. En cinq volets d’une cinquantaine de minutes chacun se succèdent les street dancers américains Lil Buck & Jon Boogz, l’israélien Ohad Naharin, la star flamenca Israel Galván, la jamaïcaine Kimiko Versatile et le britannique Akram Khan. Des noms à même de faire rêver les connaisseurs, mais Move ne s’adressent pas qu’à ces derniers. En mettant en avant leur parcours, des débuts jusqu’à la consécration, avec souvent en conclusion de chaque volet des images issues d’un spectacle ou d’une performance captant l’essence et l’apogée de leur pratique, Move fascine et séduit.

La plate-forme américaine s’est offerte pour l’occasion les services de Thierry Demaizière et Alban Teurlai, qui suivaient dans Relève la confrontation du danseur Benjamin Millepied aux codes rigides de l’Opéra de Paris. On retrouve cet angle dans les cinq parties de Move : les figures qui y sont présentées abordent comment elles ont bousculé les codes et les traditions pour imposer leur identité. Ainsi, Lil Buck et Jon Boogz allient la rue et le ballet avec leur New Ballet ensemble et Israel Galvan, star du flamenco originel, revisite les traditions du genre malgré les foudres des puristes et l’incompréhension de ses parents. Superbement réalisé, alliant archives, témoignages, reportages en coulisses et séquences dansées, Move est une plongée dans les cultures, les origines sociales, les villes, de Kingston à Séville en passant par le Bangladesh ; un voyage au cœur de la danse et surtout de ceux qui la font aujourd’hui. Ce sont de véritables aventures, aussi bien humaines qu’artistiques, que nous découvrons à leurs côtés.

Retrouvez Move sur https://www.netflix.com