© Droits Réservés

En grosses difficultés financières, avec un endettement de 53 millions d’euros, le Zoo d’Amnéville a finalement trouvé un « repreneur ». Début janvier, la chambre commerciale du Tribunal de grande instance de Metz a accepté le plan de reprise proposé par le fonds Prudentia Capital, un fonds français spécialisé dans la recapitalisation et le développement de PME et d’ETI (Entreprises de taille intermédiaire). Prudentia Capital indique avoir renégocié auprès des banques 40 millions d’euros de dettes et annonce un plan d’investissement (la somme de 1,5 million/an est évoquée par la presse locale) visant à remettre les espaces en état. La création d’un vivarium dédié aux venimeux ferait partie des projets à court terme. Le fondateur du parc animalier, en 1986, Michel Louis, conserve la gestion animalière mais il a été écarté de la gestion financière. Il conserve également des parts dans l’entreprise.