Produit par Sergio Leone et mis en scène par son ancien assistant Tonino Valerii, Mon nom est personne est porté par un duo improbable, formé de Henry Fonda et Terence Hill. Le premier campe un pistolero usé qui a décidé de finir ses vieux jours en Europe. Le second se glisse dans la peau d’un loup solitaire au patronyme singulier (Personne), qui vénère cette légende de l’ouest américain. Au point de lui imaginer une sortie digne de son statut en le faisant affronter la redoutable Horde sauvage. Film sur la filiation et la vieillesse, ce long métrage à la sauce spaghetti sorti en 1973 fait écho à la fin d’une époque. « Un hommage à la fois joyeux, triste et amoureux au western », pour reprendre les mots du magazine Première. Pas mieux. Avec, pour enrober le tout, les notes reconnaissables entre toutes du maestro Ennio Morricone.