Le 4e long-métrage du cinéaste sud-africain est à la fois un récit initiatique, un voyage au bout de l’enfer et une rêverie homo-érotique. Moffie (qui signifie « tapette » en afrikaans) s’appuie sur le récit autobiographique d’Andre Carl van der Merwe, paru en 2006. L’action se déroule en 1981, en plein régime apartheid. Le film aborde l’oppression subie pendant cette période par les jeunes homosexuels blancs, persécutés par l’armée de ce régime. L’homophobie et le racisme s’entremêlent dans ce film cru et intense dont le personnage principal, Nicholas (Kai Luke Brummer), doit subir un entraînement en vue de son affectation à la frontière avec l’Angola, pays sous la coupe de révolutionnaires communistes. Le jeune conscrit se liera d’amitié avec Michael (Matthew Vey), un jeune homme qui partage son dédain pour le service militaire. Pour survivre, Nicholas devra demeurer invisible. Seul problème : le soldat commencera à éprouver des sentiments pour Dylan (Ryan de Villiers), au corps sculptural et à la sympathie évidente, qui finira par disparaître mystérieusement.

Retrouvez Moffie au cinéma dès le 07 juillet