Gustavo Gimeno © Sébastien Grébille

Une fois n’est pas coutume, l’Orchestre philharmonique du Luxembourg ouvrira la saison 2018-2019 de la Philharmonie Luxembourg, sous la baguette de son chef Gustavo Gimeno.

La soirée de lancement du 14 septembre aura un fort accent russe puisque des œuvres d’Igor Stravinsky et de son compatriote Tchaïkovski résonneront dans le Grand Auditorium. Dans le détail – et dans l’ordre – le public pourra entendre Jeu de cartes, qui met en scène un facétieux joker ; le Concerto pour  violon et orchestre, qualifié de « page néoclassique virtuose » par l’institution grand-ducale ; et enfin la Symphonie n°5, une pièce marquée par le thème du destin, cher à son auteur.

Pour l’occasion, l’OPL recevra un invité de marque et habitué des lieux : le talentueux et discret Leonidas Kavakos. Comptez sur lui et son Stradivarius pour donner de l’éclat à ce concert inaugural promis au prestige, en tout cas à la flamboyance. On ne présente plus ce violoniste virtuose élevé aux mamelles de la musique dans une famille de mélomanes où l’instrument à cordes tenait une place de choix. Pour le natif d’Athènes aujourd’hui âgé de 51 ans, le coup de foudre a eu lieu à cinq ans, au pied du sapin de Noël, avec pour cadeau un premier violon qui deviendra aussitôt son jouet préféré, au point où il l’emportera jusque dans son lit. Après avoir imité les gestes de son père, le jeune Leonidas finira par étudier ce compagnon de bois plus en profondeur. Loin d’être un flop, la relation entre les deux accouchera d’une illustre carrière, avec pour premier fait d’armes le titre de plus jeune lauréat (18 ans) au Concours Sibelius d’Helsinki, en 1986. Désormais considéré comme un des violonistes les plus recherchés de la planète, ce musicien au caractère bien trempé – chef d’orchestre à ses heures – continue d’épater son monde avec son jeu kaléidoscope. Comme en décembre dernier, en compagnie de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), où le Concerto pour violon no2 en mi mineur, opus 64 de Felix Mendelssohn avait été qualifié de bijou par le journal Le Devoir.

Vendredi 14 septembre à 20h
Grand Auditorium
www.philharmonie.lu