© L’Architecture par Claude Charles

Quatre toiles du peintre lorrain Claude Charles ont rejoint les collections du château de Lunéville grâce à un partenariat public-privé. L’acquisition de ces œuvres allégoriques a été notamment financée par la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne (BPALC), soutien fidèle de ce site historique en pleine renaissance.

Le mécénat privé participe au développement du château de Lunéville. Aux côtés du Château en 2003 suite à l’incendie et partenaire historique du Palais des Ducs de Lorraine – Musée Lorrain depuis plus de dix ans, la BPALC a répondu favorablement pour participer à l’acquisition de ces quatre œuvres de Claude Charles contribuant ainsi à enrichir le patrimoine de son territoire.

Les quatre tableaux sont des huiles sur toile du peintre lorrain Claude Charles, qui occupa le 1er rang parmi les créateurs officiels de l’art de cour lorrain dans la première moitié du XVIIIe siècle.

Ce sont des compositions allégoriques représentant l’Architecture, la Sculpture, la Chorographie (science de la description du paysage) et la Mathématique. Cet ensemble unique constitue, par sa qualité, sa cohérence et la portée symbolique de son discours, l’un des témoignages les plus patents du mécénat conduit en Lorraine par le duc Léopold. Elles ont d’ailleurs été dévoilées au public lors des journées européennes du Patrimoine en septembre 2018.

Ces œuvres exceptionnelles ont pris place au sein du parcours muséal Les Belles heures du château de Lunéville qui relate à travers plusieurs expositions ce que fut la vie sur le domaine à l’époque des ducs de Lorraine. Un parcours qui s’est enrichi de nouvelles acquisitions, mais aussi de pièces exceptionnelles issues du Palais des Ducs de Lorraine – Musée lorrain, fermé au public pour cause de longs travaux.

Le 23 novembre dernier, Dominique Wein, Directeur Général de la BPALC a ainsi remis un chèque de 15 000 euros à Nicole Creusot, Vice-Présidente du Conseil Départemental de la Meurthe-et-Moselle en charge du château de Lunéville. Ce nouvel engagement de mécénat de la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne reflète ses valeurs de banque coopérative régionale profondément attachée à son territoire et à son patrimoine et qui tient à favoriser l’accès à des œuvres d’artistes locaux au plus grand nombre.

L’État, la Région, le département de Meurthe-et-Moselle et l’association des Amis du château de Lunéville ont également cofinancé ces quatre œuvres de Claude Charles. Le Département, seul propriétaire (depuis 2017) de ce site classé monument historique, s’est engagé dans une longue renaissance depuis le terrible incendie de janvier 2003 qui avait détruit de nombreuses œuvres originales (lire ci-dessous).


Renaissance du petit Versailles lorrain

Le sort du château de Lunéville semblait voué aux flammes. Celui que l’on a surnommé le « château des Lumières » ou encore le « petit Versailles lorrain » aura connu son lot de catastrophes au cours des siècles, 13 selon les superstitieux. Le dernier en date a provoqué une immense émotion au sein de la population locale, atterrée par l’ampleur des dégâts. Dans la nuit du 2 au 3 janvier 2003, un problème électrique, survenu dans la chapelle, allait entraîner la perte d’une grande partie des collections de l’ancienne résidence des ducs de Lorraine et déboucher sur un chantier patrimonial parmi les plus importants d’Europe. Une association verra même le jour pour se porter au chevet de ce joyau de la Lorraine.

Il faut remonter au 3 janvier 1719 pour trouver trace du premier incendie répertorié dans l’enceinte du château. Ce jour-là, le sinistre ravage la partie sud-est du palais, comprenant les appartements ducaux, ainsi qu’une partie du corps central. Le fils du duc Léopold est sauvé de justesse par un garde du corps, mais un charpentier y perdra la vie. Le mois de janvier semble maudit puisqu’un autre sinistre frappe le monument à la même période, en 1814. Cette fois, l’incendie dévore une partie de l’aile nord. D’autres brasiers émailleront le vie du château, comme en 1789, lorsque les flammes se propageront dans les cuisines du sous-sol, ou, plus proche de nous, celui qui ravagera plusieurs centaines de mètres carrés de l’aile gauche le 19 mars 1961. Le feu emporte aussi Stanislas Leszcynski. Le célèbre duc de Lorraine sera grièvement brûlé le 5 février 1766, alors qu’il tentait de raviver les braises de sa cheminée, entraînant l’embrasement de sa robe de chambre. Il succombe à ses blessures le 23 février.

Aujourd’hui, le Département de Meurthe-et-Moselle, en lien avec ses partenaires (Région Grand Est, Ville de Lunéville, Communauté de Communes de Lunéville à Baccarat, Direction régionale des affaires culturelles Grand Est…), initie une étude pour le développement du château de Lunéville. Cette étude, débutée en septembre 2018 tend à conférer une vision de long terme pour le château devant proposer une gouvernance et un modèle économique pertinents.

Une phase de concertation se déroule depuis octobre et ce, jusqu’à décembre 2018. L’ensemble des acteurs du territoire sont conviés à cette réflexion : touristes, habitants de Lunéville, de Nancy et de la Lorraine, de Strasbourg ou d’Alsace, collectivités territoriales, acteurs institutionnels, économiques, culturels et associatifs, etc.

chateaudeluneville.jenparle.net