Sébastien Tellier met ses claviers et sa folie douce au service du film Marie et les Naufragés de Sébastien Betbeder. Si le grand bonhomme s’est taillé une réputation de personnage excentrique, qu’il aime à cultiver (on se souvient du gourou de God is blue), il est avant tout un poète qui aime les compositions lyriques, bizarroïdes, toujours enivrantes. Après l’exotique L’Aventura, il revient aux fondamentaux et distille de petites beautés synthétiques tel un Giorgio Moroder amoureux, parsemées de clins d’œil à Ennio Morricone ou Marvin Gaye. Sensuelle et extatique, cette B.O. se savoure les yeux fermés.