Luke Healy raconte dans Americana son périple le long du Pacific Crest Trail : une expérience initiatique sur les chemins d’une Amérique fantasmée. Chez Casterman.

Le Pacific Crest Trail, un parcours de 4 280 km la long de la Côte ouest états-unienne, entre le Mexique et le Canada, est un véritable défi pour tous les amateurs de trekking. Luke Healy n’a pourtant rien d’un sportif endurci : il est plus habitué à sa planche à dessin qu’aux sentiers escarpés du « Sentier des crêtes du Pacifique ». Le jeune irlandais, nourri depuis son enfance par l’imaginaire américain et qui n’a jamais pu s’établir au pays de l’Oncle Sam, se lance dans cette aventure hors-norme à la recherche de l’Americana, l’âme du pays. Il va alors se confronter à lui-même, se découvrant des ressources physiques mais aussi psychologiques insoupçonnées.

Point de paysages aux multiples couleurs dans cet album. De son trait fin et discret, tout à l’économie, Luke Healy raconte son laborieux parcours, où dès le début il prend la mesure de l’ampleur de la tâche. Au fil des 330 pages, il ne fera que tenter de repousser ses limites. Ce solitaire regarde d’abord de loin les petits groupes et la communauté des marcheurs, se débrouille avec ses propres moyens, déniche les points d’eau, passe une nuit en compagnie d’un cougar… À travers des textes courts ponctuant régulièrement l’album, l’auteur fait part de ses interrogations et de son ressenti dans un style sobre et précis. Lorsqu’un dilemme cruel va constituer le point de non-retour de cette expérience initiatique, le fantasme disparaît définitivement sans que l’aventure ne perde de son attrait et de sa force révélatrice. Tout au long de cet autoportrait en marche, on reste dans les pas de Luke Healy, avec lui sur le fil de sa volonté.