Daphne Caruana Galizia (© DR)Dénonçant la corruption et l’argent sale, la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a été assassinée, le 16 octobre dernier, à Malte. Sa voiture a explosé. (Photo : © DR)

Âgée de 54 ans, mère de 4 enfants (son fils Matthew est également journaliste), Daphne Caruana Galizia était connue de tous les Maltais. Mariée à un avocat bien connu lui aussi, cela faisait 20 ans qu’elle travaillait comme journaliste. Pour la presse, à ses débuts. Mais elle s’en détourne pour créer son blog Running Commentary afin de gagner en liberté, de se consacrer à des enquêtes fouillées sur l’argent sale, la corruption, les trafics en tout genre.

Son blog affichait parfois plusieurs centaines de milliers de pages vues, dans la journée, dans un pays qui compte 440 000 habitants. À partir de 2016, la journaliste a fait partie de ceux qui ont travaillé sur le Panama Papers. Elle révèle alors de sombres affaires de gros sous. Le Premier ministre, Joseph Muscat, son Parti travailliste (centre gauche), à la tête du pays depuis 2013, Konrad Mizzi, le ministre de l’Energie, sont dans son viseur. Il est notamment question d’un compte au Panama, au nom de Madame Muscat, sur lequel aurait transité 1 million de dollars versés par la fille du président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev. Tout le monde dément ses accusations. Mais Joseph Muscat n’aura d’autres choix que d’organiser des élections législatives anticipées. Qu’il remporte, en juin dernier.

Mais la journaliste n’en avait pas terminé avec ses révélations. Tout récemment, elle s’en était également prise au nouveau leader du Parti nationaliste, Adrian Delia, qu’elle accusait de blanchir de l’argent et d’être mêlé à un réseau de prostitution en Grande-Bretagne. Et puis il y a l’affaire du trafic du pétrole… Bref. Pour Daphne Caruana Galizia, Malte est gangrenée par la corruption, l’argent sale et les relations intimes qui unissent les décideurs, les politiques et la mafia. Cinq autres voitures et leur passager ont explosé sur l’archipel en un peu plus d’un an, d’autres ont « reçu » une balle.

Depuis le 16 octobre, des milliers des Maltais sont descendus dans la rue, à plusieurs reprises, pour dire leur colère et leur peur. Joseph Muscat a promis une récompense de 1 million d’euros à qui apporterait des informations aux enquêteurs. Des agents du FBI, de Scotland Yard et de la police danoise ont été sollicités pour aider les enquêteurs maltais. À propos de police, en 4 ans, la police maltaise a connu 5 commissaires de police qui ont tous démissionné ou ont été… renvoyés.