Deux pays, deux familles. Voilà la double vie que mène Judith Fauvet (Virginie Effira), traductrice au service d’institutions internationales. En France, elle vit avec son mari Melvil (Bruno Salomone), chef d’orchestre, et leurs deux fils adolescents. Mais lorsqu’elle se rend en Suisse quelques jours par semaine, Judith devient Margot Soriano. Au pays des Helvètes, elle retrouve Abdel Soriano (Quim Guttériez), ainsi que Ninon, une petite fille qui l’appelle « maman ». Mais pourquoi donc Judith vit-elle dans la duplicité ? L’intrigue avançant, chaque élément de clarification quant aux motivations de la protagoniste n’ajoute qu’une part d’ombre supplémentaire, épaississant le mystère qu’est Judith. Les secrets deviennent bientôt trop lourds à porter, et la traductrice se retrouve prise au piège dans la toile des mensonges qu’elle a tissée. Choisissant la fuite en avant, une chute vertigineuse l’attend. Un thriller psychologique que ne renierait pas Alfred Hitchcock.

Retrouvez Madeleine Collins le 22 décembre au cinéma