© DR

L’usage du cannabis pourrait être légalisé d’ici deux ans au Luxembourg. Reste à préciser le cadre et les règles.

Le ministre de la santé luxembourgeois, Etienne Schneider, l’a confirmé durant l’été, la légalisation du cannabis, y compris récréatif, est dans les tuyaux. Le projet de loi sera examiné par les députés dès cet automne. Dans un communiqué daté de mai 2019, les ministres Étienne Schneider et Félix Braz (Vice-Premier ministre, ministre de la Justice) ont insisté sur le fait que la légalisation du cannabis récréatif permettra, bien mieux que la dépénalisation, d’éloigner les consommateurs du marché illicite, de réduire de façon déterminée les dangers psychiques et physiques y liés et de combattre la criminalité au niveau de l’approvisionnement. Une partie des recettes fiscales générées par la vente de cannabis permettra de financer des actions de prévention, l’éducation et la prise en charge de l’addiction, indique le gouvernement. « La légalisation du cannabis nécessite bien plus que de simplement déclarer la substance légale. Vous avez besoin d’un marché réglementaire complet, y compris la fixation des taxes et des contrôles de qualité », explique Etienne Schneider. Il importe, aussi de veiller à ne pas encourager le tourisme de la drogue. Il est notamment question d’interdire les achats par les non-résidents luxembourgeois, en sachant que plus de 100.000 Lorrains franchissent quotidiennement la frontière pour aller travailler. Si le projet de loi aboutit, le Luxembourg sera le plus « avancé » des pays européens en matière de légalisation du cannabis. Huit pays d’Europe ont, en partie ou totalement, dépénalisé le cannabis sur leur territoire : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Suisse et la République tchèque.