©Luxembourg-gouvernement.lu

Un an après son entrée en vigueur, le plan d’action national de promotion de l’agriculture biologique PAN-Bio 2025, affiche un premier bilan encourageant. Le Luxembourg ambitionne d’atteindre 20% de surfaces agricoles exploitées en mode agriculture biologique d’ici 2025.

« Nous observons une progression très encourageante de l’agriculture biologique sur les dernières années », a indiqué Romain Schneider, ministre luxembourgeois de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural qui, mi-mars, a tiré un premier bilan de l’entrée en vigueur du plan d’action national de promotion de l’agriculture biologique PAN-Bio 2025, un an après son lancement. Au Luxembourg, la part des surfaces agricoles exploitées en mode agriculture biologique a augmenté de façon linéaire, et plus précisément de 7,02 % entre 2019 et 2020, pour représenter actuellement 5,18% de la surface agricole exploitée nationale. Au 1er janvier 2021, les surfaces bio totalisent 6.324 ha, dont douze exploitations agricoles (457 ha) qui ont entamé leur conversion vers l’agriculture biologique en 2020, sachant qu’une telle réorganisation prend jusqu’à trois ans avant de pouvoir être certifié bio.

Autre motif de satisfaction, les fermes concernées reflètent presque toute la palette des secteurs agricoles, à savoir la viande, les fruits, les légumes, la viticulture, les céréales et l’apiculture. Pour stimuler la production bio (et donc accompagner les agriculteurs dans cette voie), le PAN-Bio 2025 bénéficie de moyens financiers appropriés. L’enveloppe budgétaire augmentera progressivement de 4,38 millions d’euros en 2021 à 11,4 millions en 2025, afin d’atteindre l’objectif de 20 % des surfaces agricoles en bio, à cette date. « En comparaison avec d’autres pays européens, le Luxembourg se situe en 3e position des pays dont les ménages dépensent le plus pour les produits biologiques (265 euros/personne) alors qu’au niveau de la production biologique le Grand-Duché se situe en 20e position », précise le ministère.