Camille GIRA© DR Gouvernement.lu

Le 16 mai dernier, Camille Gira, secrétaire d’État au Développement Durable du Grand-duché de Luxembourg, est décédé à l’âge de 59 ans des suites d’un malaise cardiaque survenu à la Chambre des députés dans l’après-midi même.

La disparition soudaine de Camille Gira a suscité une vive émotion au Luxembourg et dans la Grande Région. « Dans ses mandats politiques, que ce soit au niveau communal ou au niveau national, Monsieur Gira a toujours fait preuve d’un dévouement exemplaire. Il s’est également engagé tout au long de sa carrière politique pour les valeurs fondamentales de tolérance, de solidarité et de respect. Outre cet engagement, il a été un porte-parole passionné par ses convictions écologiques, notamment la protection des ressources naturelles et l’environnement » a, notamment indiqué Xavier Bettel, le premier ministre luxembourgeois, à titre personnel. Entré au Gouvernement en 2013, Camille Gira bénéficiait, alors, déjà, d’un certain rayonnement en tant que député « Verts » mais également et peut-être même surtout, en tant que bourgmestre de Beckerich, entre 1990 et son entrée au gouvernement. À Beckerich, commune de 2300 habitants, Camille Gira a mis en application ses valeurs et ses principes pour faire de la commune, un exemple en matière de développement durable et d’autonomie énergétique. Avec succès, ce « laboratoire écologique » fait se déplacer des élus et autres journalistes de toute l’Europe, depuis des années. « Camille Gira était le représentant d’un Luxembourg différent de celui que l’on s’imagine : un pays créatif et capable d’une réflexion approfondie sur la maîtrise de la croissance », a souligné Roger Cayzelle, dans Les Echos (article de Pascale Braun). Le président de l’Institut de la Grande Région devait d’ailleurs recevoir Camille Gira, le 17 mai, pour une réunion publique dédiée à la mobilité.