L’exercice tient autant de l’hommage que de la déclaration d’amour. Il est signé Ugo Schimizzi, qui met en lumière, sur une centaine de pages, quelques trésors ignorés ou reconnus de sa région natale. Lorraine de lumière et d’acier flirte avec les quatre départements de celle qui est devenue Grand Est sous le hachoir de la réforme territoriale voulue par le président Hollande. L’ouvrage résulte en grande partie d’un voyage d’une semaine entrepris durant l’été 2014 par deux Lorrains bien décidés à rendre justice aux beautés de cette terre d’immigration « à l’histoire si riche et tourmentée, entre romanité et germanité ».

Dans ce déroulé de textes où la photo tient une place importante, l’auteur nous prend par la main, mais aussi à témoin, proposant de faire redécouvrir la Lorraine sous l’angle de son cœur épris de culture, d’art et d’histoire, avec la Moselle et Metz pour point de départ, et Verdun en guise de terminus. Et le charme opère, on est comme reconquis par ce territoire qui fut autrefois le poumon d’acier de la France. Trente-quatre escales plus tard, et après avoir croisé quelques personnages célèbres dans cette rétrospective loin d’être exhaustive – de La Fayette à Montaigne en passant par Mitterrand et Jeanne d’Arc – on adhère à la vocation de ce livre qui est de donner envie à d’autres d’explorer cette région plus lumineuse et séduisante qu’il n’y paraît.

Lorraine de lumière et d’acier, Ugo Schimizzi, 112 pages, aux Éditions des Paraiges