Carte Grande Région (© DR)La Lorraine et ses voisins entretiennent des liens étroits en matière d’enseignement supérieur et de recherche, notamment. Une collaboration transfrontalière sur laquelle les acteurs de LORnTECH entendent capitaliser. « Par sa vocation transfrontalière, LORnTECH constitue, pour le réseau national des écosystèmes French Tech, d’une part une ouverture vers les marchés nord-européens à forte croissance et d’autre part un environnement d’accueil de talents internationaux » est-il précisé dans le projet.


Anne Grommerch à Epinal

Anne Grommerch à Epinal (© DR)

QUESTIONS À… ANNE GROMMERCH, DÉPUTÉ-MAIRE DE THIONVILLE & VICE-PRÉSIDENTE DU SILLON LORRAIN EN CHARGE DU DOSSIER LORnTECH

La dimension frontalière fait partie intégrante du projet ? On imagine que c’est une bonne nouvelle à vos yeux ?

Avec le Luxembourg, avec la Sarre, la Lorraine constitue un même écosystème qu’il faut dynamiser et mettre en avant. Dans le numérique, comme dans les autres domaines, nous devons créer une synergie transfrontalière qui permettra à nos entreprises de se développer. Cette dimension transfrontalière est un véritable atout de notre candidature LORnTECH : nous sommes les seuls à permettre une ouverture vers l’Europe et l’international ! Dans cette ambition, Thionville a une place prépondérante et nous comptons jouer sur cet atout.

Qu’est-ce que le Luxembourg et la Lorraine peuvent s’apporter mutuellement en matière d’innovation et de start-ups ?

Des idées, des coopérations, une émulation ! Les acteurs du numérique ont besoin d’élargir constamment leur réseau car le numérique est par nature innovant. Nos tissus économiques ont besoin de se confronter et de se rencontrer pour innover et se développer. Pour notre région et pour le Luxembourg, avoir des entreprises ouvertes sur le monde est très important.

Vous qui connaissez les responsables politiques luxembourgeois, sont-ils informés de la candidature du Sillon Lorrain au Label French Tech ? Si oui, qu’en disent-ils ? Si non, entendez-vous œuvrer pour les y sensibiliser ?

Luxembourg-Ville est associée au projet LORnTECH. Les responsables politiques y retrouvent une résonnance à la réalité de la Grande Région. Les relations transfrontalières sont notre quotidien commun et elles se traduisent dans ce dossier.

Que pouvez-vous nous dire pour l’heure sur le développement du site « Totem » LORnTECH à Thionville ? À quoi l’endroit va-il ressembler ? Un calendrier est-il déjà défini ?

Nous aurons un espace LORnTECH à Thionville comme dans les quatre agglomérations lorraines. Mon projet municipal comportait depuis le début un espace dédié au numérique. Nous nous intégrons donc parfaitement dans le schéma LORnTECH que nous avons ensuite défini. Notre lieu sera situé sur le pôle de la gare. Il s’agira d’ailleurs d’un véritable atout. Nous sommes en cours d’acquisition des bâtiments que nous souhaitons ensuite transformer afin d’accueillir un espace de co-working, une pépinière du numérique, des bureaux dédiés au numérique, un fablab, un espace de convivialité autour du numérique. J’ai déjà rencontré beaucoup d’acteurs locaux prêts à s’investir dans un tel projet : des entrepreneurs, des associations, la CCI… Ce lieu suscite un véritable engouement car il démontre que Thionville est dynamique dans le domaine numérique et dispose de nombreux atouts. S’agissant du calendrier, le processus d’acquisition est lancé et nous souhaitons aller vite car le numérique n’attend pas !


POINT DE VUE PATRICK WEITEN,

Président de l’agglomération Portes de France – Thionville

Patrick Weiten« Le projet de site Totem LORnTECH à Thionville, à l’image de ce qui se pratique dans les trois autres grandes villes du Sillon Métropolitain, doit permettre à l’agglomération Portes de France-Thionville d’apporter une réponse ambitieuse face aux grands enjeux transfrontaliers. C’est aussi par ce type de mobilisation, génératrice d’emplois nouveaux dans le secteur de l’économie numérique, que se révèle tout l’intérêt de mutualiser nos moyens. Le pays thionvillois assumera tout son savoir-faire en particulier en apportant son expérience de collaboration avec nos voisins du Luxembourg, de Belgique, de Sarre ou de Rhénanie-Palatinat.»

LE TRANSFRONTALIER EST UN ATOUT

« Le projet LORnTECH est avant tout un projet porté par le Sillon Lorrain et non par les agglomérations qui le composent de manière indépendante. Nous avons toujours eu à cœur d’avoir une vision collective au sein du Sillon Lorrain et c’est ce qui fait notre force. Tous les partenariats qui permettront de créer de la richesse en Lorraine et chez nos partenaires transfrontaliers au Luxembourg et en Sarre, seront vécus dans l’ensemble de nos agglomérations, et en particulier à Epinal, comme un atout à valoriser » selon Michel Heinrich, député-maire d’Épinal et président du Sillon Lorrain.

            LE LUXEMBOURG SE MOBILISE

Le Luxembourg a connu, au cours des dernières années, un coup d’accélérateur important avec le développement d’entreprises technologiques innovantes, que ce soit dans le secteur du commerce électronique, des contenus numériques, du cloudcomputing, du Big Data ou encore des paiements électroniques. Un écosystème que le gouvernement entend parfaire avec l’initiative Digital Lëtzebuerg qui vise à conforter la position du pays dans le domaine de l’ICT dans une volonté de diversification de l’économie, tout en bénéficiant aux citoyens et à l’ensemble des secteurs socio-économiques. Digital Lëtzebuerg se veut ainsi l’affirmation d’un nouveau visage du Luxembourg en tant que smart nation, moderne, ouvert, hautement connecté et paré pour une société numérique.


« UN IMPACT CERTAIN »

Pour Charles-Louis Machuron, le patron de Silicon Luxembourg, une start-up active dans l’organisation d’événements liés à l’entrepreneuriat et qui diffuse un média en ligne dédié aux jeunes entrepreneurs (siliconluxembourg.lu), le projet LORnTECH va favoriser l’émergence d’une Grande Région Numérique, profitable à tous. Entretien.
Charles-Louis Machuron © DR)

Charles-Louis Machuron (© DR)

Les acteurs du numériques luxembourgeois soutiennent-ils le projet LORnTECH ?

Si LORnTECH est retenu par le gouvernement français nul doute que les médias et acteurs du Grand-duché s’exprimeront sur ce sujet car une telle initiative aura un impact certain. Un impact économique bien évidemment avec le possible développement d’un vrai pôle de compétitivité à seulement quelques dizaines de kilomètres de la frontière luxembourgeoise. Un impact humain également avec des flux de personnes plus importants et des créations d’emplois en Lorraine. Cela sera également répercuté au Luxembourg avec, d’une part, un accroissement des initiatives et des créations de start-ups et, d’autre part, une création significative de nouveaux emplois que ce soit dans les organisations gouvernementales ou dans les start-ups. Ce jeu de vase communiquant, déjà existant, ne pourra être que positif pour la Lorraine et le Luxembourg.

Qu’ont à gagner les start-ups lorraines et luxembourgeoises à collaborer ?

Je pense qu’il y a un vrai intérêt à créer des synergies entre les start-ups lorraines et luxembourgeoises. Pour partager les savoir-faire, d’une part. Il y a en effet un vrai vivier de compétences complémentaires de part et d’autre de la frontière. Pouvoir additionner les individualités serait bénéfique pour les deux parties. Pour dynamiser la Grande région, d’autre part. En effet, le Luxembourg et LORnTECH pourraient tout à fait initier le projet d’une Grande région numérique et ainsi devenir un vrai pôle numérique européen. Cet aspect transfrontalier est unique et le faire valoir serait une proposition de valeur forte pour les entrepreneurs. Pour être plus compétitif, enfin. Créer une saine compétition entre les start-ups luxembourgeoises et lorraines permettrait de stimuler la créativité et de renforcer les partenariats. Pour les start-ups lorraines, le Luxembourg pourrait faire office de plateforme pour leur développement international, et pour les start-ups luxembourgeoises, la Lorraine pourrait être une porte d’entrée au marché français.

Que pensez-vous de la démarche adoptée et du projet vu depuis Luxembourg?

Vu du Luxembourg, il est pertinent que la région Lorraine ait pris l’initiative de soumettre ce projet LORnTECH. Cela a déjà permis de dynamiser l’écosystème, de le révéler au grand jour, de permettre aux différents acteurs et partenaires de se rencontrer, de susciter un intérêt médiatique, de créer un débat public et de présenter un projet d’avenir pour la région. Vu du Luxembourg, il est une réalité criante : le nombre d’entrepreneurs lorrains qui viennent créer leurs start-ups au Luxembourg et s’appuyer sur un incubateur comme le Technoport pour se lancer et se développer. Et la région Lorraine en est bien consciente. Au Grand-duché le développement des start-ups et du secteur numérique est également en plein boom. Les événements se multiplient, l’environnement se structure, le gouvernement en a fait une priorité et déjà certaines parties tendent à s’unir pour être plus fortes. Les deux pôles principaux d’incubation que sont Luxembourg-ville et Esch-Belval sont très liés et parlent souvent à l’unisson.