SORTIE LE 26 OCTOBRE 2016

« Une comédie sociale à 50% autobiographique. » Pour son 2ème long-métrage, le cinéaste marocain Mohamed Mouftakir revient en effet sur son enfance, ainsi que la relation qu’il a entretenue avec son père, jusqu’à la mort de ce dernier alors qu’il n’avait que 11 ans. Cette relation apparaît à travers celle d’un des musiciens de l’orchestre des aveugles avec son fils, qui ira jusqu’à falsifier ses bulletins scolaires pour ne pas décevoir son paternel. En parallèle de ce rapport plein de tendresse, le réalisateur aborde des sujets sensibles tels que l’adultère ou le passé colonial, même s’il suggère plus qu’il ne montre.

Plusieurs fois primé, comme au Festival international du film de Bruxelles, L’Orchestre des aveugles raconte l’histoire d’un petit garçon et de son père violoniste dans les années 70 à Casablanca. Ce dernier, grand admirateur du roi Hassan II, dirige un petit ensemble de musiciens et danseuses traditionnelles qui animent des soirées, et dont les hommes se font parfois passer pour des aveugles pour pouvoir jouer dans des fêtes uniquement réservées aux femmes.