Bel hommage au cow-boy solitaire créé par Morris, l’histoire imaginée par Matthieu Bonhomme prend place dans un cadre plus adulte. Enquêtant comme à son habitude sur une affaire louche dans une petite ville perdue, Lucky Luke va se retrouver confronté au far-west pur et dur : fourberie, violence, cupidité prennent ici des dimensions plus réalistes, voire dramatiques, qu’humoristiques. Parsemé de clins d’œil (on découvre comment le cow-boy passe de la cigarette au brin d’herbe… officiellement), l’exercice est inspiré, graphiquement et scénaristiquement tout en finesse. Idéal pour ceux qui ont vieilli avec le personnage.