Les romans d’Annie Ernaux sont une source d’inspiration pour les cinéastes : après L’Occupation et Passion Simple, c’est au tour de L’Événement d’être porté sur grand écran. En 2000, l’écrivaine publie un récit autobiographique bouleversant : l’histoire de son avortement. Alors qu’elle est à l’hôpital Lariboisière, un souvenir refait soudainement surface, celui de l’attente du verdict du docteur N., le gynécologue qu’elle a consulté à 23 ans. À cet âge-là, elle est enceinte mais ne souhaite pas devenir mère. Nous sommes en 1963, soit quatre ans avant que la pilule contraceptive ne devienne légale et douze ans avant la fameuse Loi Veil. Comment interrompre cette grossesse non désirée, alors même que l’acte est passible d’une peine de prison ? Dans le film, on suit donc l’histoire d’Anne, une jeune et brillante étudiante qui décide d’avorter. Issue d’une famille de prolétaires, elle ne veut pas d’un enfant. Elle désire mener à bien ses études afin d’échapper à son origine sociale modeste. Il lui faudra trouver le moyen d’enfreindre la loi, et le courage d’affronter la réprobation des médecins ainsi que le jugement méprisant d’une société pétrie de tabous et de préjugés.

Retrouvez L’Événement le 24 novembre au cinéma