L’Eurométropole de Metz, le groupe John Cockerill et UEM vont coopérer afin de créer une filière hydrogène sur le territoire de la métropole.

Pleinement engagée dans le développement de solutions en faveur de la transition énergétique et de la qualité de l’air, l’Eurométropole de Metz une nouvelle étape en la matière. La collectivité présidée par le maire de Metz François Grosdidier, a acté une coopération avec le groupe John Cockerill et UEM (Usine d’Electricité de Metz) afin de développer et structurer une filière hydrogène complète sur son territoire. L’objectif ? Il est triple.

Primo, réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre produits et diminuer la dépendance du territoire aux énergies fossiles. Secundo, se conformer aux obligations réglementaires sur le verdissement des flottes de véhicules de l’Eurométropole (acquisition de 100 % de bus à faible émission dès 2025). Tertio, créer de nouveaux emplois et favoriser le développement économique et l’attractivité du territoire dans le secteur de la transition écologique. « De nouveaux parcours de formation pourront être mis en place. Ce projet contribuera aussi à l’amélioration des conditions de vie des habitants, grâce à une réduction des émissions territoriales, une amélioration de l’offre de mobilité sur le territoire, et du confort d’usage des véhicules (diminution du bruit et de la pollution atmosphérique) », précise l’Eurométropole de Metz dans un dossier de presse

À terme, un écosystème global intégrant la production, le stockage et la distribution d’un hydrogène produit à partir d’énergies renouvelables, sera opérationnel. La première étape concrète de ce projet d’envergure, est d’alimenter à l’hydrogène, d’ici 2025, la flotte de bus du réseau LE MET’ et les bennes à ordures ménagères de l’Eurométropole de Metz. En ce qui concerne la répartition des rôles entre les trois partenaires, l’UEM a pour mission, dans une première phase, d’étudier différentes solutions de production d’électricité renouvelable, la récupération de chaleur et les utilisations alternatives de l’hydrogène. John Cockerill qui est un groupe international d’ingénierie et de maintenance basé à Seraing en Belgique, se chargera de procéder à l’étude des ouvrages techniques (implantation, système de production et stockage). Les équipes de l’Eurométropole de Metz s’attacheront, quant à elles, à encadrer ce partenariat sur le plan juridique et à piloter le programme de conversion de la flotte de bus du réseau LE MET’ et de bennes à ordures ménagères.