Hélène a perdu son mari dans un tremblement de terre à San Francisco. Un terrible événement qu’elle a pu suivre en direct, à la télévision. Mathieu, lui, a perdu sa femme. Elle n’est pas décédée. Elle est partie en laissant une lettre de rupture, dans l’appartement vidé. Tous les deux ont choisi de noyer leur désespoir et leur douleur à Lisbonne, ville mélancolique s’il en est. Le hasard fait qu’ils ont choisi de s’installer dans le même hôtel désuet. Handicapés par leur chagrin et leur solitude, engoncés dans une tristesse qui les rend amers voire même cruels, parfois, ils se rencontrent dans le hall de l’hôtel, autour d’un premier verre. Puis, au fil de leurs déambulations dans les ruelles tortueuses, rythmées par la saudade, ils vont apprendre à échanger, à se découvrir, jusqu’à s’intéresser, à nouveau, à l’autre, aux vivants et à la vie. Ils cessent d’attendre. Tout en délicatesse, pudeur et subtilité, ce roman sur la rencontre d’un homme et d’une femme blessés et l’étincelle qui va réveiller la « chaleur humaine », vaut également pour la description de Lisbonne, de ses charmes invitant à la mélancolie. Depuis la publication de Son frère, adapté par Patrice Chéreau au cinéma, Philippe Besson fait partie des auteurs incontournables de sa génération. Auteur de nombreux ouvrages, il s’illustre également comme scénariste et depuis, peu de temps, également comme dramaturge. Sa première pièce Un tango en bord de mer date de 2014.