©DR

Préoccupés par la conjoncture économique, les Européens se déclarent majoritairement confiants en l’UE. Mais ce n’est pas le cas de tous les pays concernés.

«  Dans un contexte difficile marqué par la pandémie de COVID-19, la confiance dans l’Union européenne reste stable et les Européens estiment que l’Union prendra les bonnes décisions pour faire face à la pandémie à l’avenir », précise la Commission qui a publié sa nouvelle enquête Eurobaromètre menée en juillet et en août (26.681 entretiens menés dans les 27 États membres). Il importe toute de même de nuancer. Les Européens sont divisés (45 % de « satisfaits » contre 44 % d’« insatisfaits ») au sujet des mesures qui ont été prises par l’UE pour lutter contre la pandémie. 62 % d’entre eux indiquent cependant avoir confiance en la capacité de l’UE à prendre les bonnes décisions à l’avenir. 60 % sont également optimistes quant à l’avenir de l’UE. Dans 15 États membres, la majorité des personnes interrogées déclarent avoir confiance dans l’UE, les pourcentages les plus élevés étant enregistrés en Irlande (73 %), au Danemark (63 %) et en Lituanie (59 %). Les Italiens (28 %), les Français (30 %) et les Grecs (32 %) ne sont, en revanche, guère convaincus. Dans 13 États membres, l’UE jouit d’une image positive, les pourcentages les plus élevés étant observés en Irlande (71 %), en Pologne et au Portugal (55 % dans chacun des deux pays). Dans 13 autres états, les personnes interrogées ont de façon prédominante une image neutre (la Commission ne précise pas si cela signifie qu’ils s’en moquent royalement ou n’ont pas d’avis) de l’Union européenne. Les pourcentages les plus élevés étant observés à Malte (56 %), en Espagne, en Lettonie et en Slovénie (48 % dans chacun de ces trois pays). Autre enseignement de ce « baromètre » (maison), les citoyens européens se disent particulièrement préoccupés par la conjoncture économique, l’état des finances publiques des États membres et l’immigration.