Un petit coup de blues ? Prenez un bon morceau de Poulets grillés pour vous remonter le moral. Résultats garantis ! Les personnages sont drôles et attachants, le ton est à l’humour. Un très bon premier roman signé Sophie Hénaff, paru aux éditions Albin Michel.

HENAFF (© DR)Anne Capestan a eu chaud. Elle était à deux doigts d’être virée de la police. Manque de sang froid, une balle de trop et s’en était fini de sa brillante carrière. Le divisionnaire Buron semblait l’attendre au tournant. Étrangement, Capestan se retrouve à la tête d’une brigade. Il y a pire comme placard. Quoique… Buron la prévient : il lui a collé dans les pattes les pires bras cassés dont il n’arrivait pas à se débarrasser, il en a fait une brigade et il les case dans des bureaux le plus loin possible du 36 (Quai des Orfèvres évidemment) avec deux cartons d’affaires non résolues qui n’intéressent plus personne. Anne en prend son parti et décide de bosser dans les meilleures conditions possibles. Arrivent le lieutenant Torrez dit « la scoumoune » car tous ses équipiers ont été blessés ou pire, le capitaine Eva Rosière, devenue paria depuis qu’elle a écrit des romans policiers à succès qui tournent le 36 en dérision, le commandant Lebreton, homosexuel et veuf, on en passe et des meilleurs. Ils piochent au hasard deux dossiers dans les cartons gracieusement offerts par Buron. Les poulets grillés vont se piquer au jeu de l’enquête et malgré la condescendance et les bâtons dans les roues de la hiérarchie, ils vont montrer qu’ils ne sont pas encore complètement cramés. De bons éléments injustement mis au placard vont révéler le meilleur d’eux-mêmes et ensemble, ils vont non seulement redorer leur blason professionnel mais remonter la pente de leur vie personnelle. Un vrai conte de fée version polar. Le dénouement est cousu de fil blanc mais on passe un bon moment en compagnie de ces poulets 100% tendre carne.