Marylise Lebranchu (© DR)Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, était le 23 avril à Metz pour aborder avec élus et fonctionnaires la réforme territoriale. La veille, Stéphane Bouillon, préfet d’Alsace, avait été nommé préfet préfigurateur de l ‘ALCA. Ce dernier était aux côtés de la ministre lors de ce déplacement où de nombreux élus lorrains ont pu exprimer leurs inquiétudes et vœux : Jean-Pierre Masseret, président de la région Lorraine a rappelé l’importance de préserver la proximité entre habitants et collectivités. Marylise Lebranchu, conciliante, a indiqué que les compétences des départements seraient presque intégralement conservées hormis l’économie, dont les axes seront définis par les grandes régions avec les structures telles les Banques publiques d’investissements régionales (BPI). André Rossinot, président de la communauté urbaine du Grand Nancy a suggéré que ces régions disposent d’une plus grande autonomie pour mieux traiter avec les pays voisins sans passer par Paris. La question a paru plaire à la ministre qui a promis d’en référer au Quai d’Orsay. Dans une courte entrevue enfin avec les syndicats de fonctionnaires, Marylise Lebranchu a assuré sans rassurer qu’elle ferait en sorte qu’il y ait le « moins de mutations possibles ».