En Alsace, tout le monde l’appelle Jo. Joseph Spiegel est de ces élus qui aiment prendre du recul et poser (sur Facebook notamment) des analyses politiques non dictées par l’urgence. Mais il se lâche parfois. Le maire (PS) de Kingersheim, conseiller départemental du Haut-Rhin et président de Mulhouse Alsace Agglomération vient de sortir le colt, à propos de la réforme territoriale : « Il fallait plus de proximité, il y a plus d’éloignement. Il fallait plus de simplicité, il y a plus d’opacité. Il fallait plus de démocratie, il y aura plus de bureaucratie. Telle est la réalité d’une réforme territoriale qui va renforcer le désintérêt, le désenchantement et le discrédit envers tout ce qui ressemble à la politique. Comment un tel projet de bon sens a pu finir par le vote de lois très technos : le renforcement de l’empilement, l’éloignement des centres de décisions et le mythe de la superficie XXL au détriment du pouvoir d’agir local… Cette réforme, c’est l’enfant emblématique de la vieille politique ».