(© 123RF)
Les 9ème Assises Nationales de la Protection de l’Enfance se tiennent aux Arènes, à Metz, les 13 et 14 juin prochains. Partenaire de ce rendez-vous, le Département de la Moselle y présentera notamment deux initiatives en lien direct avec le thème retenu cette année : le rapport au temps. 

Depuis 2006, les Assises nationales de la protection de l’enfance réunissent chaque année près de 2 000 professionnels du secteur dans toute leur diversité (professionnels des conseils généraux, du monde associatif, du monde judiciaire, de la santé …). Après Lille en 2014 et Rennes, en 2015, c’est à Metz que se tiendra la neuvième édition de ce rendez-vous phare qui le seul événement transversal de cette importance dans le champ de la protection de l’enfance. La manifestation est organisée par le Journal de l’Action Sociale (magazine de référence des acteurs du champ social) en partenariat avec l’Observatoire national de l’Action Sociale (Odas) et le Conseil départemental de la Moselle. Durant deux jours, les 13 et 14 juin, les participants se réunissent afin de s’informer, de partager des expériences et d’échanger autour d’une thématique fort : « Le temps : un ennemi qui vous veut du bien. Comment mieux l’appréhender pour mieux protéger ». Un sujet d’actualité car, dans un monde où tout doit aller de plus en plus vite, le temps des familles et des enfants en difficulté n’est pas celui de l’administration en charge de la protection de l’enfance. Seront présents près de 2 000 professionnels du secteur dans toute leur diversité.Or la priorité des priorités des acteurs est de toujours de protéger au mieux les enfants en danger. « En protection de l’enfance, quand prend-on trop peu de temps, quand prend-on trop de temps, quand prend-on mal le temps ? Comment mieux synchroniser les temps pour mieux répondre » pour reprendre l’introduction de la première journée. Concrètement, de nombreuses conférences, des tables rondes et des ateliers figurent au programme. Parmi les intervenants annoncés, il convient notamment de citer Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Jacques Toubon, le Défenseur des Droits ou bien encore la « très attendue » Dounia Bouzar, anthropologue, fondatrice de Bouzar expertises, spécialiste de la déradicalisation. Petite particularité cette année, si ce RDV est réservé aux professionnels, le Département de la Moselle, a tenu à y associer plus étroitement les familles et les enfants concernés. Différents témoins participeront notamment à une table ronde afin de partager leurs expériences. Des initiatives originales développées par le Département seront également présentées. Comme quelques autres départements, la Moselle applique, notamment, le 72 heures, un outil (autorisé par la loi) qui permet aux professionnels d’agir dans l’urgence afin de protéger un enfant alors que la famille vit une crise, 72 heures mises à profit pour protéger l’enfant mais également évaluer la situation et enclencher des dispositifs, en collaboration avec la famille, afin d’éviter ainsi que la situation ne se dégrade. Le Serad en Moselle, Service éducatif renforcé à domicile, évoquera quant à lui son expérience et son savoir-faire dans le domaine du placement à domicile de certains enfants. Si les Assises sont réservées aux professionnels, la protection de l’enfance est, elle, l’affaire de tous. Pour sensibiliser le grand public qui a son rôle à jouer pour éviter des drames et des souffrances mais également dans la non-stigmatisation des enfants « placés », le partage de l’information est essentiel. Les Assises font systématiquement l’objet d’actes restituant les échanges et les préconisations issus des différents ateliers.


LA PROTECTION DE L’ENFANCE EN MOSELLE

En Moselle, la Protection de l’Enfance est assurée par 2 000 professionnels. Le Conseil départemental y consacre un budget annuel de 105 millions d’euros (prévention et protection). Actuellement, 3 638 enfants sont confiés au Président du Conseil Départemental de la Moselle, Patrick Weiten. Ils sont placés dans des Maisons d’Enfants à Caractère Social, en familles d’accueil ou bien encore « protégés » à domicile.