©DR

La crise du coronavirus pourrait-elle donner un essor inattendu au télétravail en Sarre ? C’est en tout cas ce qui ressort d’un sondage réalisé par la chambre des travailleurs Arbeitskammer en juin dernier auprès des salariés sarrois. 69 % d’entre eux ont indiqué vouloir travailler plus souvent en télétravail même après la fin de la crise et une fois la situation sanitaire sous contrôle. Sur le plan national, le télétravail est un sujet qui fait débat puisque pour l’instant c’est l’employeur qui peut autoriser ou non son salarié à le pratiquer. À l’heure d’aujourd’hui, seul un quart des entreprises sarroises appliquent une convention collective qui inclut explicitement le télétravail. Les experts supposent cependant que la crise va renforcer cette tendance. En ce moment, le Ministère fédéral du travail réfléchit même à un projet de loi instaurant un droit au télétravail. En Sarre, le sondage effectué auprès des employeurs montre que la moitié d’entre eux serait favorable au fait d’accorder plus de télétravail au personnel si leur poste le permet. Si de nombreuses entreprises ont eu recours à des solutions pragmatiques adoptées dans l’urgence pendant la crise, de gros investissements dans le matériel et la numérisation du travail seront nécessaires si le télétravail doit se développer sur le long terme en Sarre. De même, il sera nécessaire de renforcer les dispositifs de protection des données et de fixer des règles concernant le contrôle du travail et la séparation entre travail et vie privée pour les employés exerçant une partie de leurs responsabilités hors du bureau. L’immense majorité des représentants du personnel qui ont également pris part au sondage compte bien demander auprès de la direction de l’entreprise d’établir un cadre avec des règles précises pour encadrer le télétravail à l’avenir. Un pas qui pourrait être décisif en cas d’une deuxième vague de covid-19 cet hiver.