le secret de l'empereur (©DR)

L’Empereur dont il est question, c’est Charles Quint. En 1555, il annonce aux dignitaires des Pays-Bas qu’il abandonne le pouvoir et qu’il transmet sa couronne à son fils Philippe, pour rejoindre le monastère de Yuste, au fin fond de l’Estrémadure. Il se retire du monde pour se consacrer à sa dernière passion, digne d’un prince de la Renaissance : les instruments de mesure du temps. « Chaque jour, il allait faire le tour de sa collection d’objets animés. La guerre, les voyages innombrables, la fatigue n’avaient jamais remis en question cette habitude. Son corps fatigué par les rhumatismes et les crises de goutte était semblable aux mécanismes qu’il allait vérifier … ». Ce roman est le récit de son renoncement mais également de son obsession pour une mystérieuse horloge « dont le fonctionnement et la finalité, soudain, lui échappent ». Originale que cette vie et ce parcours hors norme dans l’Histoire. Et tout cela est plutôt bien raconté et plaisant à lire. Ce roman historique et foisonnant est assurément captivant. En ce qui concerne l’auteure, Amélie de Bourbon Parme signe là son deuxième livre, après Le sacre de Louis XVII, paru il y a près de 15 ans, également chez Gallimard. Passionnée d’histoire, la jeune femme n’est pas inconnue des amateurs de potins « people ». Elle est mariée à Igor Bogdanov. Alexandre et Constantin, les deux personnes à qui est « dédicacé » le livre, ce sont les deux fils du couple.