© 123RF

Jusqu’au dernier moment Paris et Berlin ont eu du mal à s’aligner sur le jour et l’heure précise de la réouverture de leurs frontières respectives. Les restrictions sont finalement tombées le 15 juin et depuis la vie à la frontière a presque repris son cours normal, mais les trois derniers mois ont laissé des traces.

Ils sont de retour au centre-ville de Sarrebruck, au bureau de tabac de Großrosseln, dans le tram qui relie Sarreguemines à l’Allemagne : Depuis le 15 juin, les voisins lorrains sont de retour en Sarre. Plus besoin de motif impérieux pour passer la frontière comme c’était le cas depuis le 16 mars lorsque l’Allemagne décida de fermer sa frontière après que la région Grand Est eue été déclarée comme zone à risque par l’institut de santé publique Robert-Koch-Institut. Si la grande majorité des habitants de la zone frontalière sont juste soulagés de pouvoir à nouveau se déplacer sans problème entre les deux pays, certains restent sous l’impression des expériences désagréables qu’ils ont faites au cours des dernières semaines. Des regards de travers aux injures en passant par les discriminations sur leur lieu de travail pour les frontaliers qui étaient encore autorisés à se rendre à leur entreprise : ces comportements qui heureusement sont restés minoritaires furent néanmoins la preuve qu’une situation exceptionnelle comme celle de la crise du coronavirus pouvait raviver rapidement les clichés et vieux ressentiments. Sur le plan politique néanmoins, les représentants qui avaient eu en premier lieu tendance à sous-estimer le problème, prirent au fil des semaines conscience des conséquences que ces mauvaises expériences individuelles pourraient avoir sur la relation entre leurs territoires et multiplièrent les déclarations bienveillantes en direction des voisins français. Et ils ne sont pas les seuls. Depuis cette semaine, nombreux sont les commerçants sarrois qui expriment leur joie de voir revenir les clients lorrains. Et pour cause, certains magasins réalisent près d’un tiers de leur chiffre d’affaires grâce à cette clientèle.