En tournage à Metz…

Peut-être avez-vous croisé, cet été du côté de la cathédrale Saint-Etienne à Metz, des perchmans, des caméramans, des accessoiristes et quelques acteurs…au milieu de cette joyeuse bande, un homme un peu plus stressé que les autres : Patrick Basso. Cet autodidacte qui travaille pour la télévision locale d’Hagondange réalise son premier long métrage, Le Mort de la Cour d’Or. Après les 58 minutes du Tombeau de la Garde, film historique ayant pour cadre la bataille de Gravelotte et la guerre de 1870, il se lance dans un polar d’1h28 qui sortira en mai ou juin 2016 et sera diffusé par les télévisions locales du Grand Est. « C’est un travail de 2 ans, une galère en raison du manque d’argent dans le monde de la culture » dit-il. Alors pourquoi tenter l’aventure ? « Pour le fun ! Pour le plaisir de monter un projet, avec mon épouse Jackie, directrice de production ». Patrick Basso a créé l’association Timecode et travaille avec une équipe de professionnels, tous Lorrains, un Alsacien, soit un total de trente personnes.

Le scénario s’appuie sur une histoire vraie que lui a contée Philippe Brunella, le directeur du musée de Metz. En 1944, les Allemands ont eu ordre de brûler des uniformes et des incunables. Or, si l’on a bien retrouvé les cendres des uniformes, aucune trace de celles des manuscrits… À cela s’ajoutent les aveux d’un ancien soldat sur son lit de mort. Mais pas de nouvelle des livres. Le scénariste Paul Couturiau s’empare de l’histoire et le lieutenant Brisson, spécialiste en œuvre d’art, arrive au musée messin pour enquêter. Un meurtre est alors commis… Une enquête est ouverte. Nathalie Pappi incarne pour la première fois un flic. « C’est un rôle énergisant, et assez paradoxal. Elle a beaucoup de sang froid mais pique aussi des crises, à la fois flic et maman ».

Le réalisateur a choisi de tourner quelques scènes à Hagondange, mais surtout à Metz, car « c’est une ville magnifique qu’il faut mettre en valeur. » Du Musée de la Cour d’Or aux Trinitaires en passant par le restaurant Aux 3 M, l’Hôtel de la Cathédrale, et le bar Les Trappistes, il montre la qualité du bon vivre messin. Quant à ses partenaires, essentiels mais encore trop peu nombreux, à savoir le Conseil Départemental de la Moselle, Metz Métropole, le Rotary Club et le Crédit mutuel d’Hagondange, ils lui ont permis de tourner pendant 18 jours cet été. Un beau défi relevé dont on attend avec impatience la diffusion dans quelques mois. D’ici là, si d’autres mécènes ont envie de s’associer au projet, et de l’emmener jusqu’à Paris, voire même à Cannes, Patrick Basso leur ouvre bien volontiers les bras !