(© DR)
Sensation de l’année 2016, Jain a fait son apprentissage entre la France, le Congo et l’Arabie Saoudite, pour livrer une musique hybride  qui a accroché tout l’Hexagone avec les tubes Come et Makeba. Elle installera son univers composite le 2 juin à la Rockhal.

Jain a su capter l’attention des amoureux de pop music en sachant sortir des sentiers battus, grâce à une personnalité et une identité musicale et graphique affirmée. C’est en Afrique que la jeune Toulousaine trouvera les inspirations qui feront le succès de son album Zanaka, certifié double disque de platine en 2016. A Pointe-Noire, en République du Congo, où elle passera une partie de son adolescence, la musique est partout, jaillissant des taxis, des terrasses des cafés, par les fenêtres ouvertes.

Les plus anciens écoutent de la rumba congolaise, les jeunes du hip-hop : le genre de collisions à l’origine d’un premier album qu’elle réalise entièrement en solo, sur son matériel qui ne la quitte jamais. Quelques années auparavant, c’est Yodelice qui l’aidera à faire ses premiers pas en lui demandant de l’accompagner sur scène puis en produisant son premier EP, Hope, dont le titre Come est en passe de devenir incontournable grâce à ses rythmes entêtants et syncopés.

Tout comme sa musique et son chant, au croisement des langues africaines et de l’anglais, du hip-hop, du reggae et de la pop, l’identité visuelle imaginée par Jain jouera un rôle non négligeable dans son succès. Le clip de Come, dans une maison d’architecte cosy et lumineuse, est traversé de petits électrochocs visuels et surréalistes rappelant René Magritte ou André Breton. Un contraste qui fait tout le charme du film, comme sa désormais emblématique robe noire à col Claudine : les apparats d’une petite fille sage pour un univers nettement plus fou et décalé. Sur la pochette de Zanaka, elle apparaît telle une Shiva aux bras multiples, symbole de sa personnalité composite et internationale et de sa démarche Do It Yourself.

En février 2017, double consécration : Jain décroche deux Victoires de la musique en tant qu’artiste féminine de l’année et pour le meilleur clip. Après avoir bricolé toute seule son personnage et sa musique, la jeune femme de 25 ans s’apprête à franchir une nouvelle étape, en s’entourant de musiciens, avec en ligne de mire la toujours difficile confirmation du second album. En attendant, pas le temps de souffler pour Jain : les dates se multiplient, et c’est sur scène qu’elle fait ses preuves, secouant les oreilles avec sa pop mondiale déjà immédiatement identifiable. On peut traduire Makeba, titre de l’une de ses chansons, comme un terme désignant une personne « très spéciale ». Jain l’est, assurément. 

Le 2 juin à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette
www.rockhal.lu