(©DR)
Comme ses voisins belges et français, le Luxembourg planche sur le renforcement de son dispositif de sécurité. Différentes nouvelles mesures, ponctuelles ou durables, ont été annoncées par le premier ministre Xavier Bettel, le 26 novembre.

Parmi les mesures permanentes, il a ainsi été proposé à la Chambre des députés de permettre des perquisitions à toute heure en cas d’infractions en matière de terrorisme ou de crime organisé, alors que jusqu’à présent, ceci était limité à la plage horaire entre 06h30 et 20h. Le gouvernement propose aussi de prolonger le délai de rétention en flagrant crime de 24 à 48 heures au maximum. En matière d’accès aux systèmes informatiques, il a été proposé de mettre en place un dispositif technique en vue d’accéder à des données informatiques et de permettre aux enquêteurs de s’introduire dans des lieux privés afin d’y placer un dispositif technique ou de l’installer à distance via Internet. Il en est de même pour l’installation de dispositifs techniques d’écoute et de fixation d’image, dont l’utilisation sera cependant soumise à une ordonnance du juge d’instruction avec autorisation du président de la chambre du conseil de la Cour d’appel. Dans un registre différent, une proposition vise à permettre aux officiers de police judiciaire de participer sous un pseudonyme à des échanges électroniques pour entrer en contact avec des auteurs d’infractions. Les mesures temporaires proposées, applicables uniquement lorsque le niveau d’alerte Vigilnat atteint le niveau 3, se résument à la possibilité d’effectuer à tout moment des contrôles d’identité dans des lieux publics ainsi que des fouilles sur des personnes et véhicules. Ces mesures, qui modifient différents textes de loi, mais aussi un article de la Constitution, ont été déposées à la Chambre des députés. Xavier Bettel souhaite que toutes ces propositions soient rapidement étudiées par les différentes instances pour une entrée en vigueur avant la fin de l’année.