(©DR)

L’Irlande est le pays le plus affecté, devant la petite île de Malte et le Luxembourg, par le Brexit compte tenu de la nature de leurs économies. Viennent ensuite Chypre et la Suisse. C’est en tout cas ce que prétendent les experts en la matière. Mais il n’en reste pas moins vrai que chacun de ces petits pays ne manque généralement pas de ressources pour rapidement s’adapter à la nouvelle donne. Certes, Paris et Francfort sont susceptibles de récupérer une bonne partie de l’activité des banques étrangères et britanniques de la City, suite à la perte du fameux « passeport européen » (qui donne un accès au marché EU). En Irlande et au Luxembourg, notamment, les acteurs financiers s’activent pour positionner leur pays comme la «succursale» idéale de Londres au sein de l’UE.