Dans son dernier ouvrage, Les coqs cubains chantent à minuit aux éditions du Seuil, l’écrivain Tierno Monénembo raconte l’histoire d’El Palenque, un Guinéen se rendant à Cuba pour renouer avec ses racines maternelles. Il ne dispose que de quelques informations pour enquêter. Son guide va lui apporter des réponses et lui dévoiler un secret. Mais ce sont des choses qui ne se disent pas.

Les coqs cubains chantent à minuit (© DR)Tierno Monénembo (de son vrai nom Thierno Saïdou Diallo, né le 21 juillet 1947 à Porédaka en Guinée) est un écrivain africain francophone des plus connus. Auteur prolifique d’une douzaine de romans, il a reçu le prix Renaudot en 2008 pour Le Roi de Kahel. Dans son dernier livre, Les coqs cubains chantent à minuit, il retrace les liens entre l’Afrique et Cuba. Tierno Alfredo Diallovogui, plus connu sous le nom de El Palenque, natif de Guinée, débarque à La Havane. Ce n’est pas un touriste comme les autres, il est en quête de ses racines maternelles. Les informations dont il dispose sont minimes : sa mère est enterrée au cimetière de Colon et elle lui chantait « Yo soy el punto cubano » alors qu’il n’était qu’un enfant. Il rencontre Ignacio Rodrigez Aponte, un guide noir de La Havane. Sa spécialité, ce sont les riches touristes qu’il aide, contre monnaie sonnante et trébuchante, à profiter pleinement des charmes de Cuba, l’alcool, la danse et les femmes, notamment. Ignacio a des réponses aux questions d’El Palenque. Mais les personnes pour lesquelles il travaille l’empêchent de raconter ce qu’il sait. Il attendra alors le départ de El Palenque pour lui écrire. Une lettre comme un aveu, une révélation qui doit être faite. Elle lève le voile sur l’histoire d’amour de Juliana et de Samba-Félix Diallovogui, les parents d’El Palenque, qui se sont rencontrés fin des années 70, quand ce saxophoniste guinéen débarqua à La Havane avec d’autres artistes. Mais elle révèle aussi un autre secret lié à la famille de sa mère. Un document que Fidel Castro aurait signé et offert au père de Juliana. Une sorte de contrat qui assure à Alfonso le grand-père et à tous ses descendants la propriété privée du domaine familial.