© Original Watts

Il a été l’un des premiers français à travailler pour Marvel avant de créer des fresques épiques et sanglantes avec Vae Victis ou De Silence et de sang : Jean-Yves Mitton sera le parrain de la 3e édition du Festival BD de Malbrouck.

© Droits Réservés

© Droits Réservés

À 74 ans, Jean-Yves Mitton n’a pas lâché ni ses crayons ni ses héros : il publie chez Original Watts le premier tome d’Alwilda, trilogie mettant en scène une héroïne viking qui n’a rien à envier à ses semblables masculins qui monopolisaient les planches à ses débuts en 1961. Il travaille alors pour Lug, éditeur de Marvel en France, et débute par un travail de retouche. « C’était essentiellement de la censure, à l’époque elle était encore plus restrictive qu’aux États-Unis… il fallait purger les comics des scènes de violences ou trop suggestives. Ça a été une bonne école, une question de nécessité mais aussi de passion » raconte ce fan de John Buscema, John Romita Sr et Jack Kirby. Jean-Yves Mitton crée ensuite ses propres histoires pour la maison américaine, notamment du Surfer d’argent ou de Mikros avant de créer son super-héros, l’Archer blanc.

A la fin des années 80, sa rencontre avec le scénariste François Corteggiani marquera un virage dans sa production : De Silence et de sang, consacrée à la mafia, le fera définitivement entrer dans la bande dessinée destinée aux adultes. Une forme de libération après avoir débuté en édulcorant les comics ? « Oui, et il y avait aussi un lectorat plus adulte qui apparaissait, ça répondait à une envie : on pouvait se lâcher ! » Suivront Les Chroniques Barbares, Vae Victis, les Survivants de l’Atlantique, Quetzalcoatl… autant de séries entre aventure et Histoire qui feront la renommée de Jean-Yves Mitton. « Une fois que l’on parvient à créer un cadre convaincant, les héros font le reste. Ils nous mènent toujours un peu par le bout du pinceau… J’ai toujours mes héros en tête, avec la volonté de ne jamais ennuyer le lecteur : ce qui compte, c’est l’aventure ! »

Grand entretien avec Jean-Yves Mitton, le 8 juin à 11h30