Brad Mehldau © Elizabeth_Leitzell

Pianiste de jazz hors pair, Brad Mehldau présentera son premier Concerto pour piano et orchestre le 22 mars à la Philharmonie Luxembourg. Une œuvre symphonique qui souligne sa relation étroite avec le répertoire classique.

«From Paris to New York. » La soirée du 22 mars à la Philharmonie Luxembourg aurait très bien pu aussi s’intituler « From Jazz to Classic ». Car c’est un peu le voyage accompli par Brad Mehldau, à travers son plus récent projet – un concerto pour piano et orchestre – dont il sera question. Un voyage sans frontières, où seule la liberté impose la direction à suivre. De liberté, il en a souvent été question dans la carrière de cet Américain contaminé par le piano à l’âge de 12 ans, pendant une colonie de vacances. Jazzman raffiné et lyrique, populaire quelle que soit la formule choisie [artiste solo, leader ou sideman], le natif de Jacksonville a notamment construit sa réputation sur un grand sens de l’improvisation. Il faut ajouter à cette marque de fabrique son appétence pour le mélange des genres, lui qui aime s’inspirer ou visiter d’autres univers musicaux dans sa quête de création, comme en atteste par exemple son dernier opus, Seymour Reads the Constitution !, conçu avec son célèbre trio acoustique, qui sera de passage dans la capitale grand-ducale en mai prochain (lire autre texte).

Le spectacle printanier offert au public impliquera les musiciens de l’Orchestre symphonique du Luxembourg (OPL), placés sous la direction de Clark Rundell, un compatriote de Mehldau. Ce dernier, artiste cumulant les casquettes (instrumentiste, compositeur et improvisateur), exprime avec son Concerto pour piano et orchestre une attirance de longue date pour le répertoire classique, lui le grand amateur de musique de chambre. On peut aussi citer ce disque consacré à Jean-Sébastien Bach, paru en 2018, où sa créativité vagabonde prend appui sur des classiques du compositeur allemand, juste pour le meilleur, un mot qui lui colle à la peau.

De classique, il en sera également question à l’ouverture de cette soirée au fort accent américain, avec des extraits des célèbres préludes de Claude Debussy, créés entre 1909 et 1913. Les festivités se poursuivront après le plat de résistance servi par Mehldau et l’OPL, dans le Foyer cette fois, en compagnie du multi-instrumentiste Pol Belardi, qui se chargera du dessert. Cette figure de proue de la jeune scène de jazz luxembourgeoise fera montre de son talent avec une bonne dose de groove.

Le vendredi 22 mars à 19h,dans le Grand Auditorium
www.philharmonie.lu

Formule gagnante

Les absents de la soirée du 22 mars auront droit à une séance de rattrapage le 11 mai, dans le Grand Auditorium de la Philharmonie Luxembourg. Le pianiste virtuose retrouvera pour l’occasion ses fidèles complices du célèbre Brad Mehldau Trio, qu’il considère au passage comme sa formule de prédilection. Un trio de choc, serait-on tenté d’ajouter, tant la qualité de ses prestations a toujours fait l’unanimité à travers la planète. Le contrebassiste Larry Grenadier et le batteur Jeff Ballard complètent cette formation plus soudée que jamais depuis une douzaine d’années. En compagnie de ses vieux compagnons de route, Brad Mehldau a sorti plusieurs albums, tous auréolés du même éclat. Le dernier en date, Seymour Reads the Constitution !, sorti en 2018 sur le label Nonesuch (Warner), ne fait pas exception. Un projet à l’image de son leader, entre passé et modernité, qui affiche un visage pluriel (explosif et délicat, sérieux et joyeux, rigoureux et libre) pour le plus grand bonheur du mélomane. On y retrouve des compositions originales, mais également des relectures de standards du jazz et de chansons pop, de Paul McCartney et Brian Wilson notamment.

À noter que ce disque métissé est apparu peu de temps après After Bach, petite pépite hybride oscillant entre classique et jazz, où Mehldau laisse libre court à sa créativité et son improvisation pour revisiter plusieurs classiques (4 préludes et une fugue) du compositeur allemand.

Brad Mehldau Trio, le samedi 11 mai  à 20h, dans le Grand Auditorium