(© Conseil départemental de la Moselle, DAMP Luc Dufrene)
Le Château de Malbrouck, site Moselle Passion du Conseil Départemental de la Moselle, prolonge son exposition Samouraïs et Chevaliers pour une seconde saison : plus de 200 pièces, dont une trentaine totalement nouvelles, y sont présentées. Autour de ces figures médiévales sont évoqués l’art guerrier et la vie quotidienne et politique de l’époque.

Au sein de l’exposition temporaire Samouraïs et Chevaliers, dans le cadre exceptionnel du Château de Malbrouck, deux univers, puissamment évocateurs, se rejoignent et se répondent, à travers leurs similitudes comme leurs différences culturelles. Issus de la noblesse, ces hommes de guerre ont été des éléments majeurs des systèmes féodaux occidentaux et japonais : à travers leurs codes, leurs pratiques, leur mode de vie se dévoilent des siècles marqués par les guerres, mais aussi caractérisés par toute une sociologie. Plus de 200 armes, armures, masques, gravures, estampes et autres objets d’art, accompagnés de vidéos, sont présentés actuellement. La trentaine de pièces supplémentaires qui rejoignent l’exposition cette année, comme la plupart des objets japonais déjà présentés en 2015, appartiennent toutes à la collection de Grégory Riffi, qui rassemble depuis quinze ans des objets liés aux samouraïs. « J’ai d’abord recherché les lames anciennes car je pratiquais les arts martiaux, mais de fil en aiguille, je me suis intéressé à l’histoire et à l’art : c’est ainsi que j’ai réuni environ 300 pièces », raconte-t-il. À l’image de l’exposition, Grégory Riffi s’est attaché au fil de son parcours de collectionneur à la compréhension de la culture du samouraï au sens large, afin d’en donner une vision complète. Les espaces d’exposition du Château de Malbrouck dédiés à ces figures guerrières asiatiques et occidentales sont consacrés à différentes thématiques : l’imaginaire et la vie artistique, la vie quotidienne, les armures et équipements, ainsi qu’un espace destiné aux évocations des chevaliers et samouraïs au cinéma.  Le contenu inédit de l’exposition dévoilera notamment deux armures complètes : une armure légère, dite tatami, décorée d’un dragon grâce à la technique extrêmement minutieuse du métal repoussé, ainsi qu’une armure niodo surmontée d’un casque dit kawari, décoré de manière atypique et spectaculaire. « Une armure coûtait extrêmement cher, de quoi nourrir tout un village pendant une année, note le collectionneur. Les armuriers et artisans qui les concevaient étaient très spécialisés, ils ont développé leurs techniques pendant plus d’un millénaire. Comme les samouraïs, ils pratiquaient selon le principe de « passer un temps infini à refaire les mêmes gestes ». » Aux côtés des armes et armures, des sculptures de divinités guerrières, des estampes mettant en scène de grandes batailles passées, des masques de théâtre Nô ou des objets de la vie quotidienne sont présentés. « Il faut savoir que la période entre la fin du 16e siècle et la moitié du 19e siècle, dont sont issues la plupart de ces nouvelles pièces, était une ère de paix, explique le collectionneur. Les samouraïs se sont donc mis à s’intéresser aux arts, et notamment au théâtre Nô. De plus, les armes et armures étant surtout des éléments d’apparat, ils sont extrêmement travaillés ». Les sculptures de divinités guerrières telles que Fudo Myoo ou Bishamon, en bois surmonté de dorures et en bois laqué, font partie des pièces parmi les plus impressionnantes de ce nouveau prêt. Mais on pourra également découvrir des éventails, des objets tels qu’un nécessaire de pique-nique, dit Bento, un étui à pipe en os ou une poire à poudre. « Les samouraïs et la culture japonaise en général exercent un grand attrait en Occident, c’est encore quelque chose perçu comme très exotique, indique Grégory Riffi. Mais cette exposition, grâce aux équipes du Château de Malbrouck, montre cette culture guerrière de manière complète et juste, sans la magnifier, mais en la présentant comme un art à part entière et un élément de la société japonaise de l’époque ».

Jusqu’au 30 octobre 2016 au Château de Malbrouck à Manderen
www.chateau-malbrouck.com
www.mosellepassion.fr
Nouveaux tarifs : 5€, 3,50 € tarif réduit / gratuit pour les moins de 16 ans