© DR

Après une phase pilote de quatre ans, le Land de Sarre et la région Grand Est ont décidé conjointement de pérenniser leur projet pour l’apprentissage transfrontalier.

Faire la partie pratique de son apprentissage en Allemagne tout en suivant l’enseignement théorique en France – ou vice-versa : C’est possible depuis quatre ans grâce à une coopération entre les régions de Sarre et du Grand Est. Ce dispositif qui faisait pour l’instant l’objet d’un projet pilote va être poursuivi au cours des prochaines années. Une évaluation du projet a mis en valeur la plus-value transfrontalière aussi bien pour les apprentis eux-mêmes qui sont en mesure de trouver un emploi des deux côtés de la frontière que pour les employeurs, surtout côté allemand, qui ont du mal à recruter de nouveaux apprentis. Et le Ministre-Président de la Sarre, Tobias Hans, va même plus loin. Pour lui, l’idéal serait de créer une vraie formation intégrée délivrant un double-diplôme. « Concernant les lycées et les universités, il est déjà possible de passer l’AbiBac et les doubles diplômes de l’UFA. Désormais, il s’agit d’avoir la même vision pour la formation professionnelle, à savoir de créer un vrai double diplôme intégré dans la région modèle Sarre-Grand Est », souhaite Hans. En effet, les principaux problèmes de ce dispositif demeurent dans la non équivalence de certains diplômes qui oblige par exemple les apprentis lorrains qui veulent voir leur formation reconnue en Sarre à y faire un an d’apprentissage supplémentaire. Le manque de connaissances en allemand ainsi que la mobilité sont également dans plusieurs cas un frein. En effet, les apprentis souvent mineurs sont dépendants des transports en commun qui sont loin d’être toujours adaptés à leurs horaires de travail. Lors de la phase pilote démarrée en juin 2014, 30 contrats d’apprentissage dans neufs métiers différents ont été signés, l’immense majorité (90%) concernant des apprentis lorrains et des employeurs sarrois.