DOSSIER INNOVATIONS : ÉCO’INN (1/7)

Lille, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes ont décroché le label French Tech, en novembre dernier. Exit le projet Lor’N’Tech alors ? La Lorraine ne fait donc pas encore partie de « l’excellence numérique à la française »  ?  Rien n’est joué car le processus de labellisation suit son cours…

Lorntech-course ( © 123RF)Le dossier Lor’N’Tech porté par le Sillon Lorrain doit notamment faire l’objet d’une visite sur site. Une délégation French Tech viendra, prochainement, s’assurer que ce qui est couché sur le papier, en l’occurrence dans le dossier de candidature qui a été envoyé aux services de l’Etat en novembre dernier, est en phase avec la réalité mais également pour définir des pistes d’amélioration et des préconisations qui alimenteront une éventuelle nouvelle version du projet.

Tout reste donc encore possible surtout qu’au-delà de son originalité liée au fait que Lor’N’Tech est porté par 4 villes (Metz, Nancy, Thionville et Epinal) et affiche une dimension transfrontalière, le projet lorrain a de la « substance » pour reprendre un mot à la mode. Et l’ensemble des acteurs impliqués, les collectivités comme le monde de l’entreprise, ne ménagent pas leurs efforts pour accélérer le développement du numérique dans la région et au-delà des frontières. Il suffit de jeter un œil sur le site internet de Lor’N’Tech pour s’en convaincre. En coulisses, par exemple, quatre groupes de travail sont notamment activés pour « préparer la déclinaison opérationnelle des plans d’actions définis dans le dossier Lor’N’Tech » tandis que les 4 lieux « Totem » (1 par ville) qui accueilleront et accompagneront les porteurs de projets sont en passe d’être opérationnels.

Le projet lorrain a de la « substance » pour reprendre un mot à la mode.

Mais cette dynamique autour du numérique a déjà des effets positifs, dans la durée. Cela se traduit notamment par un fourmillement de rendez-vous, d’échanges et de rencontres portés par des start-ups, des centres de recherches et des associations. C’est le cas à travers toute la région, mais également au Luxembourg où de nouvelles structures viennent également de voir le jour. Avec les multiples outils déjà disponibles et développés dans le cadre de Lor’N’Tech, cette « énergie créative » est également mieux encadrée et canalisée. Bref, l’écosystème gagne déjà en efficience et souffle. Bonne nouvelle, car ce dynamisme communicatif peut peser dans l’octroi du label. Mieux encore, il permettra aux acteurs du numérique de rebondir au cas où le dossier serait retoqué.


POUR TOUT SAVOIR

site-lorntech (©DR)Les professionnels et les acteurs du numérique lorrains fédérés au sein de la démarche Lor’N’Tech ont (enfin) un nouveau site internet. On y trouve de multiples informations permettant de mieux comprendre ce qui se trame et les ambitions de la région dans le domaine du numérique.
Comment, pour quoi, avec quelles ambitions, où en est-on de la candidature au label French Tech ? Tout y est. L’ensemble des acteurs impliqués y sont également présentés, notamment la quarantaine de start-ups et d’entreprises qui se mobilisent. Les porteurs de projet y dégoteront également tous les contacts utiles pour du conseil, de l’accompagnement, du financement ou de l’hébergement. Un agenda des rendez-vous du numérique ainsi que des actualités intéressantes figurent également au programme. Bref, à fréquenter très régulièrement. À signaler que Lor’N’Tech est également très actif sur les réseaux sociaux.

www.lorntech.eu